En Argentine, une fille de 11 ans a donné naissance à un bébé à la suite d’un viol subi du compagnon de 65 ans de sa grand-mère. Elle a accouché à la 23e semaine de grossesse, l’enfant n’étant que de 500 grammes. La fille s’est vue interdite pendant longtemps d’avorter bien qu’elle en avait le droit.

Dans la province argentine de Tucuman, une fille de 11 ans, violée par le compagnon de 65 ans de sa grand-mère, a donné naissance à un bébé au cinquième mois de grossesse. Les autorités lui ont interdit pendant longtemps d’avorter et elle a eu une césarienne, puisque la grossesse a commencé à menacer sa santé.

Selon The Sun, il est probable que le bébé ne survive pas, son poids n’étant que de 500 grammes. Avant l’accouchement, la fille a essayé deux fois de se suicider et a demandé aux médecins d’enlever ce que «le vieil homme avait mis». Ayant été violée en 2018, elle n’a appris sa grossesse qu’en janvier 2019.

La victime du viol est la plus jeune des trois sœurs d’une famille. Depuis ses sept ans, elle est élevée par sa grand-mère après que ses deux sœurs aînées ont été victimes de harcèlement sexuel de la part du compagnon de leur mère.

Pas d’avortement pour les Argentines à l’issue du vote au Sénat

Bien qu’en Argentine l’avortement soit interdit par la loi, on fait exceptions pour les victimes de viols et les femmes dont la vie est menacée. Cependant, le ministre de la Santé de Tucuman, Gustavo Vigliocco, a insisté sur le fait que la fille voulait garder le bébé et a interdit aux médecins de procéder à un avortement.

Le tribunal a mis un terme à cette histoire. Lorsque la grossesse a commencé à menacer la santé de la fille, elle a eu une césarienne sur décision judiciaire.

Le projet de loi sur la légalisation de l’avortement a été rejeté en août par le Sénat argentin avec 31 sénateurs pour, 38 contre et deux abstentions.

Source : sputniknews

 

Laissez votre commentaire ici !