Vincent Dabilgou veut s’attaquer aux ralentisseurs hors normes

63

« Les ralentisseurs sauvages seront détruits et si des populations se laissent prendre après ces actions en train de construire des ralentisseurs , force sera donnée à la loi de les réprimander », foi de Vincent Dabilgou.

Les ralentisseurs poussent partout dans les rues de Ouagadougou et sur les routes nationales comme des champignons au point que de devenir de véritables dangers pour les usagers de la route. C’est fort de ce constat, qu’une conférence de presse a eu lieu le lundi 7 janvier 2019 à Ouagadougou pour permettre aux hommes et femmes de média de s’imprégner de cette triste réalité.

 « Il ne s’agit pas pour nous de supprimer les ralentisseurs mais nous supprimeront ceux dits sauvages. Nous allons aussi revalidés l’ensemble des ralentisseurs qui ont été posés lors de la construction des routes pour vérifier leur efficacité de manière à faire en sorte que nous puissions rendre un peu fluide le Traffic », a soutenu le ministre des transports et de la mobilité urbaine, Vincent Dabilgou. Il s’agira donc de recenser les ralentisseurs hors normes sur toute l’étendue du territoire, de voir si ceux dressés pendant les constructions de routes sont toujours meilleurs et en bon état afin que la route soit fluide vue que le Burkina est un pays de transi

Selon le ministre Dabilgou, seuls les ralentisseurs techniquement justifiables seront gardés. Parallèlement, a-t-il indiquer, une grande lutte contre l’excès de vitesse sera engagée puisque c’est ce phénomène qui amène les populations à dresser des ralentisseurs à tous les niveaux.

Et parlant d’excès de vitesse, les transporteurs routiers seront sensibilisés au code de la route et devraient le respecter après la destruction des ralentisseurs si toute fois ils n’aimeraient  pas faire face à la loi a-t-il précisé et de réaffirmer qu’en lieu et place des ralentisseurs sauvages, des avertisseurs seront dressés. « Il faut tendre vers zéro ralentisseur en éduquant les populations et en réprimant les chauffeurs qui s’entêtent ».

Des équipes composées de l’office national de la sécurité routière (ONASER), du Ministère des infrastructures (MI),  de la direction générale des transports terrestres et maritimes (DGTTM) , de la direction générale de la mobilité urbaine (DGMU), de la fédération nationale des acteurs du transport routier (FENAT) et l’organisation des transporteurs routiers du Faso (OTRAF) procéderont le 9 janvier 2019  à l’inventaire des ralentisseurs ne respectant pas les normes prescrites dans le décret 2012-1111/PRES/PM/MID/MATDS, portant norme de conception et de construction de ralentisseurs routiers de vitesse au Burkina Faso. Ceux hors norme identifiés lors de cette mission feront l’objet de destruction a-t-il conclu.

Cette action commencera par les routes nationales ayant les trafics les plus denses et c’est la route nationale 01, ralliant Ouagadougou-Bobo Dioulasso qui fera l’objet de la première inspection.

 Téné Bénédicte OUEDRAOGO

Laissez votre commentaire ici !