UPC-CENI : « On s’est compris cela ne veut pas dire qu’on est d’accord »

*****

Après la visite d’échange du Président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) avec l’UPC, le 9 octobre dernier,  les membres du parti ont animé une conférence de presse dans la matinée du jeudi 11 Octobre. Les échanges avec les hommes de média ont porté sur l’objet de cette rencontre et la plateforme d’enrôlement à expérimenter.

Le 2ème vice-président de l’Union pour le Progrès et le Changement, Moussa Zerbo rejette la plateforme proposée par le président de la CENI, Newton Ahmed Barry, sous prétexte que cette forme d’enrôlement par SMS et par appels téléphoniques ouvre la voie à une fraude électronique.

« La plateforme testée ou pas, ne nous inspire pas confiance. Aussi nous la rejetons fermement », a martelé le 2ème vice président de l’UPC. Il a par ailleurs a expliqué que selon  Newton Barry, la plateforme n’est qu’une proposition et un projet qui sera finalisé dans sa conception le 30 Octobre 2018.

« Le président de la CENI a informé les représentants de l’UPC que, après cette date, le projet sera expérimenté  pendant deux semaines dans la région de l’Est. De nombreuses réserves ont été émises par l’UPC. Et les réponses qui ont suivi ne rassurent pas notre parti », a-t- il souligné.

C’est pourquoi, a-t-il poursuivi, que son parti réaffirme ici et maintenant les positions qu’elle a toujours défendues. « On s’est compris, cela ne veut pas dire qu’on est d’accord», a répliqué Adama Sosso, à la question d’un journaliste.

A l’écouter, le parti du lion continue de rejeter le code électoral en  traitant le fichier électorale en ses dispositions excluant la majeure partie des burkinabè qui vivent à l’étranger. Et pour cela, il a affirmé que son parti  soutient  les commissaires de l’opposition à la CENI qui se battent pour assurer la transparence et l’équité des échéances électorales de 2020.

Et d’ajouter que face à cette lutte contre les reformes unilatérales du code électoral, l’UPC lance un appel à ses militants et aux citoyen du « pays des hommes intègres » à se joindre à l’opposition en vue de combattre ce recul démocratique. En rappel, le porte-parole du jour a indiqué qu’au cours des échanges avec Newton Barry, les représentants de l’UPC ont déploré certaines  prises de position  de ce dernier sur les questions qui ne sont pas discutées avec ses collègues commissaires.

                                                                                               Achille ZIGANI

                                                                                                    (Stagiaire)

                                                            

Publicités

Laissez votre commentaire ici !