Les faits remontent au mois de juillet dernier, et viennent d’être relayés par le Washington Post. Une américaine de 47 ans, mère de 5 enfants, est actuellement dans un état semi-comateux après avoir utilisé une crème antirides achetée sur Internet.

 

Relayée par le Washington Post, cette histoire rappelle l’attention particulière qu’il faut prêter aux produits achetés sur Internet, notamment sur les sites étrangers où les normes diffèrent. En juillet, une américaine habitant à Sacramento a été admise aux urgences suite à des troubles de l’élocution et des difficultés à marcher, ses jambes étant engourdies. Agée de 47 ans et mère de 5 enfants, la femme a été intoxiquée au mercure à cause d’une crème antirides teintée importée du Mexique. Toujours à l’hôpital, elle est aujourd’hui dans un état semi-comateux.

Selon Olivia Kasirye, responsable de la santé publique du département des services de santé du comté de Sacramento, la crème incriminée contenait du méthylmercure, un type de mercure très toxique. Le Département de la santé de l’État de New York indique que la quantité moyenne de mercure dans le sang peut atteindre environ 5 microgrammes par litre selon le régime alimentaire de chacun. Mais la patiente affichait un taux de 2630 microgrammes par litre dans son sang ! La substance toxique peut alors « se propager dans le cerveau ». Et « même si vous allez à l’hôpital, les médicaments que nous avons ne peuvent pas le retirer », avertit l’experte.

Zone d’ombre sur les produits éclaircissants

Si couramment, l’exposition au méthylmercure peut se faire via la consommation de poissons et fruits de mer, l’exposition cutanée peut, comme le précise l’Organisation mondiale de la santé, affecter les systèmes central et périphérique, avec des symptômes tels que des tremblements, une perte de mémoire et un dysfonctionnement cognitif et moteur. « Cette substance peut provoquer des troubles comportementaux légers ou des retards de développement chez les enfants exposés in utero ou après la naissance, même en l’absence de signes toxiques chez la mère », avertit l’Anses.

La substance est contenue dans des cosmétiques éclaircissants fabriqués à l’étranger, vendus illégalement. L’OMS et l’Organisation panaméricaine de la santé ont signalé, en 2017, que le mercure était utilisé dans ces produits pour son action sur la mélanine, qu’il supprime. Mais il se retrouve aussi dans des crèmes antirides disponibles sur des sites marchands comme Amazon, sans avertissement sur l’emballage, peut-on lire sur le Washington Post. Prudence donc ! Encore une bonne raison de se tourner vers les cosmétiques naturels et bios pour limiter l’exposition à certains produits toxiques.

 

Laissez votre commentaire ici !