Du 1er au 03 juin 2017, se tient à Ouagadougou le salon des arts et métiers de de la communication. Placé sous le thème « le marché de la communication au Burkina Faso », ce salon se veut être un cadre d’échange entre les professionnels de la communication et de la publicité d’Afrique.

’’Créer une nouvelle dynamique du secteur de la communication pour offrir un cadre de promotion des différents corps de métiers et des professionnels de la communication au Burkina Faso’’, tel est l’objectif de ce premier salon de la communication. Une initiative qui trouve son sens au regard du rôle important que joue la communication dans les activités humaines, et face aux nouvelles orientations du marché qui font que les entreprises ont besoin de communiquer. Selon les organisateurs, cette rencontre B to B accorde une place de choix au marketing direct et vise à développer les échanges et les affaires entre les professionnels de la communication et les annonceurs. Il faut entendre par professionnels de la communication, les agences de communication, de publicité, de création, de l’imprimerie, des régies, des médias et instituts de formation. Parlant d’annonceurs ce sont les entreprises, les chargés de marketing et de communication, les communicants indépendants et particuliers.

 

Ce salon de la communication vise un véritable marché réunissant l’offre et la demande. C’est pourquoi le parrain de cette 1ère édition, le Professeur Serges Théophile Balima apprécie l’idée : «  c’est une initiative originale qui va faire une fois de plus du Burkina, une terre d’initiative et nous allons être un rassembleur de tout ceux qui viennent vendre les métiers de la communication. Ils pourront faire valoir ce qu’ils font ». Il ne manque pas de féliciter les organisateurs qui ont fait preuve de génie et de persévérance et souhaite que ce salon soit permanent et périodiquement organisé.

Pour Victoire Sylvie Ouédraogo, la promotrice : « l’objectif de ce salon est de créer un évènement qui puisse être affecté au secteur de la communication. Que chaque professionnel de la communication ait un évènement qu’il peut s’en approprier, qu’il peut mettre dans sa ligne de mire ».

Une trentaine de participants sont présents à ce salon. Des conférences, des hommages et récompenses sont entre autres les activités prévues.

Le parrain se dit séduit par la créativité des burkinabé après la visite des stands. « Je souhaite que les partenaires s’engagent davantage à soutenir les initiateurs de ce salon. Que tous les professionnels de l’information et de la communication se reconnaissent et apportent leur imagination pour que ce salon grandisse au Burkina et dans la sous région », a-t-il conclu.                                                                                                  

                                                                                                 Assétou Maiga

Laissez votre commentaire ici !