Les tisseuses de Ponsomtenga reçoivent la visite du Fonds commun genre

1698

La Représentante-résidente de l’Unicef et Chef de file du Fonds Commun Genre, Anne Vincent a visité les quatre associations de tisseuses et bénéficiaires de l’appui du Fonds commun genre, le jeudi 14 décembre 2017 à Ponsomtenga. 40 nouveaux emplois créés et une production en tissage mieux adaptée et plus professionnelle.

Anne Vincent a été accueillie chez les femmes tisseuses par un chant de bienvenue. Ces structures ont reçu un financement du Fonds Commun Genre (FCG) d’une valeur de plus de 103 millions de francs CFA sur la période d’un an. Il s’agit de l’Association des femmes tisseuses de Ponsomtenga (AFEPO) à Ouagadougou, de la Coopérative Faso textile (COFATEX) de Bobo Dioulasso, de l’Association Zoodo pour la promotion de la femme (AZPF) de Ouahigouya et de l’Atelier la Grâce du Gulmu (AGG) de Bogandé-Fada N’Gourma.

 

L’expérience qu’a vécu ces quatre structures dans le passé au travers d’un Groupement a été un outil catalyseur pour être sélectionnées par le Fonds commun genre. L’AFEPO étant le porteur de cette initiative commune, sa présidente, Alimata Zagré/Ouédraogo, reconnaît à plus d’un titre l’utilité de ce financement qui a contribué à valoriser le tissage burkinabè. 55 femmes travaillent dans son centre de tissage reconnu officiellement en 2006.

Alima Zagré, Présidente de l’AFEPO

Un choix de Diakonia/FCG que le coordonnateur du projet, Ama Amasaï Lankoandé, justifie au regard de la crédibilité de ces associations de tissage.
Pour le chargé de programme Diakonia en charge du Management du Projet de FCG, Yempabo Naba, ce projet est une voie royale et efficace pour permettre à des femmes d’avoir des revenus et être économiquement autonomes.

Le Chef de file du FCG, Anne Vincent a félicité les femmes pour l’effort accompli pour donner un beau tissu en Faso Danfani. « L’idée que sur l’année 40 femmes seront formées pour produire un Faso Danfani de très belle qualité est très positive », a-t-elle indiqué avant d’ajouter que « même si beaucoup de femmes veulent être formées, il vaut mieux réduire le nombre de personnes pour avoir des produits de qualité et pouvoir vendre plus facilement ».

Le financement du Fonds Commun genre a permis de recruter 40 nouvelles tisseuses

Plus de 103 millions de francs CFA ont été alloués à ces associations féminines par le FCG avec un apport de plus de 25 millions de francs CFA des bénéficiaires. Ce qui a permis de renforcer les capacités humaines et techniques des artisans (techniques de la teinture et sur les généralités sur la teinture, teinture naturelle, techniques de mélange de couleur, etc.). Et aussi d’équiper ces structures en outils de production modernes et performants de filature, teinture et tissage, de recruter 40 nouvelles tisseuses, de faire le plaidoyer auprès des responsables de la Filature du Sahel pour la sécurisation de l’approvisionnement du fil et de participer à des activités de promotion du Faso Dan Fani.

Assétou Maïga

Les bénéficiaires témoignent

Fatouma Sawadogo, chargée de projet à l’AZPF/ Ouahigouya

En tant que structure bénéficiaire, nous avons  démarré aujourd’hui même une formation des femmes en perfectionnement de tissage petit métier et sur le métier de grande largeur. C’est un financement qui a permis d’intégrer de nouvelles femmes dans l’équipe, de développer la filature manuelle du coton et qui nous donne tout l’équipement nécessaire pour disposer du bon tissu.

Flora P. Lankoandé, responsable de l’AGG/ Fada N’Gourma

Ce financement nous a permis particulièrement d’apprendre le métier grande largeur (4 pédales), qu’on n’avait jamais pratiqué et des métiers moyens qui peuvent faire 60cm de largeur de tissu.

Marie Madeleine Ilboudo de la COFATEX/Bobo-Dioulasso

Je n’ai que des remerciements à l’endroit du FCG pour le matériel de travail reçu et les formations dont nous avons bénéficiées.

Propos recueillis par A.M

https://queenmafa.net/wp-content/uploads/2018/04/Bannie%CC%80re-QUEEN_1000x150px.jpg

Laissez votre commentaire ici !