Construire un mémorial  et un mausolée Thomas Sankara, le père de la révolution burkinabè, c’est le rêve d’un groupe de personnes issu de plusieurs nationalités dont des journalistes, des chercheurs et des artistes.Le projet a été dévoilé par les initiateurs, au cours d’une conference de presse organisée le 25 aôut dernier à Ouagadougou. Son lancement officiel est annoncé pour le 2 octobre prochain, à l’occasion de la commémoration de la prononciation du discours d’orientation politique(DOP).

Selon les initiateurs, l’idée de construction d’un mémorial Thomas Sankara est née de la volonté de fédérer plusieurs initiatives pour rendre davantage visible le plan d’action de la révolution burkinabè de 1983.

Un comité international est mis en place pour piloter le projet. Lequel comité est composé de personnalités indépendantes et engagées dans la promotion de l’héritage de l’ancien président burkinabè. «  Tous les amis et sympathisants de Thomas Sankara, tous ceux qui se sentent un peu héritier de cette lutte, tous ceux qui sont pour le fait de la nationalisation de l’histoire du Burkina Faso peuvent apporter leur contribution pour la réalisation de ce projet », a lancé l’artiste musicien Smockey.

 

Pour lui, l’érection d’un mémorial permettra de siphonner les souvenirs que les populations avaient longtemps dans leur mémoire, dans les livres, les musées et dans les photographies. « Que tout cela devienne un acquis afin que tous ceux qui avaient rejeté l’œuvre de Thomas Sankara aux calendes grecques puissent voir un projet un jour adouber par le monde entier », a-t-il indiqué.

 

Pour la réalisation d’un monument d’une telle envergure l’apport de tout chacun est la bienvenue. C’est pourquoi les initiateurs ont sollicité l’accompagnement du gouvernement sachant bien que le projet ne soit pas gouvernemental.

 

L’ex ministre de la Santé sous Thomas Sankara, Abdoul Salam Kaboré, a demandé aux autorités de leur accorder le site qu’ils ont choisi pour la matérialisation du mausolée. « Nous sollicitons auprès du gouvernement une rentrée de fond afin de réaliser ce projet qui nous tient tant à cœur et cela incitera les autres personnes à contribuer davantage », a-t-il dit.

 

Pour les initiateurs, la construction du mémorial comporte plusieurs enjeux déterminants pour l’histoire du Burkina Faso et partant pour toute l’Afrique. « C’est de rendre populaire et accessible au grand public le projet politique du capitaine Sankara et de ses compagnons en terme de courage politique dans la réalisation d’un développement basé sur les ressources propres du pays », a martelé l’ancien ministre.

L’ancien président du Ghana, John Jerry Rawlings est le président d’honneur du comité international d’initiatives.

                                                                                                                               

                                                                                                          Issa KARAMBIRI

 

Laissez votre commentaire ici !