Ce jeudi 27 août 2018 sera une date inoubliable pour cet individu. En effet, ce dernier s’est retrouvé par inadvertance au fin fond du grand fossé situé en face du marché de bétail de tanghin.  

« Un homme âgé d’environ une cinquantaine d’années a eu sa vie sauvée grâce à Dieu et grâce au fait qu’il soit  béni de ses parents »  a laissé entendre un des témoins ayant assisté à la scène qui aurait pu emporter la vie d’un individu.

Ce veinard, en voulant rejoindre le goudron selon ses dires et selon certaines personnes présentes sur le lieu de l’accident,  pour aller jouer au PMU’B, s’est retrouvé sans le vouloir et sans le savoir  dans un grand fossé.

« Cet homme est la 3ème personne qui se retrouve dans ce grand fossé et la seule qui a eu la vie sauve » a expliqué un témoin qui a préféré gardé l’anonymat. Et de poursuivre que : « Vraiment, cet homme est chanceux. Il a la bénédiction de Dieu et de ses parents. Depuis que je suis vendeur de petits ruminants ici au marché, c’est la 1ère et seule personne qui sort indemne de ce fossé sauf qu’il se plaint de maux de têtes.

Vous savez, quand on dit aux gens et aux enfants  de toujours respecter les parents afin d’avoir leurs bénédictions, ils ne comprennent rien, ils disent qu’on les fatigue. Ce drame interpelle tout un chacun à mieux se comporter dans la vie afin d’avoir l’estime de tous et je crois et suis persuadé que ce veinard est un enfant béni, si non, c’est son cadavre qu’on allait faire sortir du fossé ».

Un autre témoin ayant aussi gardé l’anonymat a insisté que la voie est hantée ainsi que le goudron. « C’est rare qu’une personne accidentée survive ici. Certaines victimes meurent même sur le champ.

(NDLR : La voie et le fossé font face au goudron qui selon certaines indiscrétions, il y’ aurait un génie qui, à chaque fois a besoin du sang, tue un usager à travers un accident, ce qui fait que la plupart des personnes accidentées à cette place jusqu’à la petite voie de la pharmacie Désa ne se relèvent jamais une fois qu’ils tombent à ces lieux).

A ces fins d’année, la prudence est donc de mise et chaque usager doit être tolérant et savoir qu’on peut mourir avec sa priorité. Même si on a la priorité, laissons les autres passer si toute fois vous sentez qu’ils peuvent perturber la circulation.

                                                                                        Téné Bénédicte OUEDRAOGO

Laissez votre commentaire ici !