Accueil Tags Soin maternel

Tag: soin maternel

Les documents sur la gratuité de soins et des services de...

Le Ministère de la Santé à travers son Secrétariat technique chargé de l’accélération de la transition démographique (ST/ATD), a organisé un atelier de validation...

Des gynécologues se mobilisent pour une qualité de soins de santé...

Initialement prévu pour se tenir en Guinée Conakry, c’est finalement au Burkina Faso que se tiendra conjointement le 14ème Congrès de la Société Africaine de Gynécologie et d’Obstétrique(SAGO) et le 8ème de la Société des Gynécologues et Obstétriciens du Burkina(SOGOB).

 

Les organisateurs s’activent pour faire de cet évènement prévu du 19 au 24 novembre, un cadre d’amélioration des connaissances des prestataires. Selon la présidente du comité d’organisation et par ailleurs présidente de la SOGOB, Pr Blandine Bonané/Thiéba, c’est en 2015 que le Burkina Faso a été désigné pour abriter ce congrès. Et depuis lors, son équipe n’a cessé de se mettre à pied d’œuvre. « Dès que notre pays a été désigné, nous avons à la suite de ce choix fait appel aux autres collègues pour choisir le thème et les différents sous thèmes », explique Pr Blandine Bonané.

 

Mais avant le déroulement du congrès prévu du 21 au 24 novembre, un pré-congrès (les 19 et 20 novembre) est destiné à l’intention des participants pour améliorer leurs compétences à travers des ateliers pratiques notamment sur la prévention et prise en charge de l’hémorragie du post-partum, la planification familiale du post-partum, la réanimation du nouveau.

 

Le congrès se tiendra sous le thème : « Qualité des soins de santé maternelle et prénatale ». Selon le président du comité scientifique international, Pr Blami Dao, ce choix n’est pas fortuit. Pour lui, bien que les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) n’aient pas été atteints, l’accès au service de santé a considérablement augmenté. « S’il y a plus de gens qui fréquentent les centres de santé on doit s’assurer que la qualité des soins offerts est à un niveau acceptable », explique-t-il.

 

Ce qui est particulier à cette 14ème édition indique le président du comité scientifique international, c’est le bilinguisme qui s’y invite. « Nous avons fait le pari d’organiser un congrès bilingue qui va réunir des pays anglophones et francophones », fait savoir Pr Blami Dao.

 

Plus de 400 sages-femmes d’une quinzaine de pays attendus à Ouaga

Une autre nouveauté, c’est également la tenue d’un symposium des sages femmes. « Les gynécologues ne peuvent pas travailler sans les sages femmes. De ce fait, on a prévu un symposium d’une journée pour elles, qui va réunir environ 400 sages femmes venant d’une quinzaine de pays. Elles vont réfléchir sur leur professions et comment elles peuvent offrir des soins de qualité », affirme Pr Dao.

Au cours de ce congrès, a-t-il indiqué, deux ateliers seront organisés pour renforcer les compétences des prestataires et plus de 325 communications et une vingtaine de panels focalisés sur des sujets bien particuliers.

Cette rencontre scientifique réunira des grands chercheurs, enseignants et praticiens exerçant dans le domaine de la santé maternelle et infantile. Sont attendus plus de 1000 participants issus de 20 pays d’Afrique.

                                                                                                                                

                                                                                                     Issa KARAMBIRI


Publicité