Accueil Tags femmes

Tag: femmes

Une Sud-Africaine devient la première femme noire du continent à avoir...

Après avoir échoué lors de trois tentatives les années précédentes, Saray Khumalo, 47 ans, a atteint le sommet de l’Himalaya jeudi 16 mai. Saray Khumalo, 47 ans,...

Susan Mashibe, à la tête de l’unique entreprise de jets privés...

Originaire du nord de la Tanzanie, Susan Mashibe est une pilote certifiée par l’administration fédérale de l’aviation américaine et ingenieure en aéronautique. Première femme à...

« C’est insupportable de voir qu’il y a des jeunes filles...

 La question de la protection des jeunes filles et des  femmes a été au cœur des échanges entre la secrétaire d’Etat à l’égalité entre...

« La polygamie est une injustice envers les femmes… », Dixit...

Cheikh Ahmed al-Tayeb, le grand imam de l’institution de l’Islam sunnite a provoqué une controverse après avoir déclaré que la polygamie est une « injustice »...

Travail non rémunéré des femmes : Dr Barbara Ky analyse...

A la faveur de la publication de l’ouvrage intitulé « Le travail non rémunéré : enjeux pour le développement », publié par notre compatriote Dr Barbara KY,...

Bientôt la 2 ème édition de Africa Mousso : Des femmes...

La 2ème édition de "AFRICA MOUSSO" se déroulera du 05 au 08 septembre 2018, à la salle de conférence de Ouaga 2000 avec pour...

Pourquoi il ne faut pas faire pipi avant de faire l’amour?

Par gêne, beaucoup de femmes font pipi avant l'amour…Une erreur à éviter absolument d'après certains urologues et gynécologues. Cela empêche d'uriner après l'amour Uriner après l'amour...

Arabie Saoudite : les femmes autorisées pour la première fois à...

Une avancée pour le droit des femmes en Arabie Saoudite. Pour la première fois, ces dernières sont autorisées à se rendre dans un stade...

Les femmes rurales interpellent le président du Faso sur ses promesses...

A la faveur du festival ciné droit libre tenu du 10 au 17 décembre à Ouagadougou, les femmes rurales ont fait entendre leur voix en demandant au président du Faso, de respecter ses engagements.

 

« Rock Marc Christian Kaboré a promis de nous faciliter l’accès à la terre alors nous attendons la concrétisation de cette promesse », a souligné Korotoumou Garico la représentante des femmes rurales dans un message adressé aux autorités du Burkina Faso. Par ailleurs, pour elle, le respect de cet engagement n’est ni plus ni moins que l’application de la loi 034 qui stipule dans son article 75 que les autorités doivent accompagner les femmes et les jeunes dans l’accès au foncier.

Aussi, la représentante des femmes rurales a réclamé au gouvernement, des moyens de production car disent-elle,  sans ces moyens il est quasi impossible de produire suffisamment pour atteindre l’autosuffisance alimentaire.

 

Ces mêmes doléances ont été reprises par les jeunes agriculteurs. Ils ont, pour leur part, souhaité la sécurisation des terres afin qu’ils y aient accès. Aussi, ces jeunes ont désiré la mise en leur disposition d’un fonds de garanti. Toute chose qui, à les en croire facilitera leurs activités.

   Oxfam solidaire à la lutte des femmes 

Selon le responsable plaidoyer Issaka Ouandaogo, Oxfam veut que les autorités de ce pays de par leur acte facilitent l’accès aux crédits financiers aux femmes rurales pour qu’elles puissent travailler dans la production, la transformation et la commercialisation des produits locaux.

« Aujourd’hui plus de la moitié de la population burkinabè est majoritairement jeune et qui réside dans le milieu rural. Tout le monde s’accorde à dire que c’est le secteur agricole qui peut donner plus d’emploi aux jeunes. Pour ce faire, Il faut donc un secteur rural attractif mais aujourd’hui ce n’est pas le cas », a déploré Issaka Ouandaogo.

Consommer ce que nous produisons, une nécessité

Pour le responsable plaidoyer, il est constaté de plus en plus que les « agrobusinessmen » sont appelés pour venir développer le secteur agricole. Pourtant a-t-il indiqué, il faut que les petits producteurs aient accès aux terres pour nourrir d’abord leurs familles et ensuite mettre le surplus sur le marché.

Ainsi donc, il a interpellé les consommateurs à donner la priorité aux produits locaux. « Aujourd’hui les producteurs font des efforts pour produire en qualité et en quantité et nous consommateurs ne donnons pas la priorité à ces produits. Avec cette manière je ne pense pas qu’on puisse se développer. Il faut nécessairement consommer ce que nous produisons ».

Et madame Gariko de renchérir : « Nous attirons à travers ce message, l’attention du politique sur la consommation des produits locaux. Si on arrive à vendre les produits c’est certain que nous allons sortir de la pauvreté ».

                                                                                                            Issa KARAMBIRI

Lire aussi:

Sécurité alimentaire : les femmes demandent 30% des terres aménagées

 Justice pour tous : faut-il ignorer les paysans parce qu’ils ne brûlent pas ?
Politiciens, les femmes vous tiennent à l’œil

13 ,5 millions de F CFA mobilisés pour la lutte contre...

L’Association des Femmes atteintes et affectées par le cancer (AFAAC) a organisé le vendredi 9 septembre 2016 à Ouagadougou, une soirée de gala de collecte de fonds qui a permis de mobiliser la somme de 13 584 100 FCFA .


« La cérémonie qui nous rassemble ici ce soir est particulière. Et pour cause. Voilà deux ans, c’était en juillet 2014, que des femmes atteintes et affectées de cancer de sein et de l’utérus ont décidé de s’unir afin de lutter contre ce mal. Ce combat a abouti à la création de l’AFAAC : Association des Femmes atteintes et affectées par le cancer», a dit d’entrée de jeu la Première Dame du Burkina dans son discours d’ouverture de la soirée de gala.


Selon l’épouse du chef de l’Etat, devant une telle volonté de femmes de se battre contre le cancer, elle ne pouvait pas rester indifférente. « C’est tout le sens que je donne à la mobilisation pour ce gala de charité que j’ai accepté de parrainer. Et en tant que femme, je mesure la pertinence de leur combat face aux multiples défis auxquels nous devons faire face », a-t-elle ajouté.


Madame Sika Bella KABORE a salué le fait que les membres de l’AFACC n’aient pas attendu que l’Etat leur vienne en aide pour se mobiliser contre cette maladie. C’est la preuve, a-t-elle souligné, que les femmes atteintes et affectées par le cancer ont compris que malgré la bonne volonté de l’Etat, il ne peut à lui seul faire face à tous les maux de la société, il ne peut à lui seul faire face à toutes les malades du cancer.


Elle a clos son propos en invitant les uns et les autres à laisser parler leur cœur en faisant preuve de générosité au profit de l’AFAAC.

Source : présidence du Faso

Publicité