lundi 20 janvier, 2020.
Accueil Tags Droits des femmes

Tag: droits des femmes

Quota genre : une fois de plus, le gouvernement se permet de rouler les femmes dans la farine

Les organisations féminines intervenant sur la participation politique des femmes au Burkina ne sont pas satisfaites de l’avant-projet de loi sur le quota genre adopté par le gouvernement. A cet effet, elles ont rencontré la Commission nationale des droits humains (CNDH) ce mercredi 30 octobre 2019 à Ouagadougou pour lui faire part de son mécontentement et solliciter son appui...

Participation politique des femmes : Mobilisées pour une adoption effective du quota genre

Les femmes du Burkina ne veulent plus rester en marge des affaires politiques. 18/127 députés et 9/351 maires sont des femmes. Elles ont produit ce 17 juillet 2019 à Ouagadougou, une déclaration en vue notamment du respect du quota genre sur les listes électorales. Déclaration des organisations de femmes œuvrant en faveur de la participation politique des femmes au Burkina...

Femme et gouvernance : Un appel pour une responsabilisation accrue des femmes

Les femmes, réunies au sein du Cadre de concertation des organisations de femmes intervenant sur la participation politique des femmes au Burkina Faso, ont lancé un appel aux membres du « dialogue politique » initié par le Président du Faso. L’objectif est d’attirer l’attention des acteurs politiques sur la question de la responsabilisation des femmes aux postes électifs et aux postes...

« A quelles sauces seront mangées les femmes ? » Martine Yabré

Le cadre de concertation des organisations féminines était face à la presse ce lundi 15 juillet 2019 à Ouagadougou. La rencontre a porté sur le processus de relecture de la loi sur le quota et le dialogue politique. Assurer la participation équitable des femmes et des hommes à la gestion des affaires publiques, conformément aux promesses de campagnes et...

Droits des femmes: le Maroc champion incontesté du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord

Dans son dernier rapport sur l’égalité des droits entre hommes et femmes, la Banque mondiale a classé le Maroc à la première place dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord. Il est suivi par la Tunisie et l’Algérie qui occupent respectivement les 2e et 3e places. Le royaume chérifien a obtenu le même nombre de points que la...

Lutte contre la pratique de l’Excision : Toujours des poches de résistance en dépit des sensibilisations

La journée nationale de la lutte contre la pratique de l’excision  a été commémorée en différé, ce mardi 10 juillet à Manga dans le Centre-sud. Une manière pour les autorités burkinabè de marquer une fois de plus leur engagement pour  aboutir à une tolérance zéro à l’excision d’ici à 2030. ‘’L’implication des élus locaux et de la jeunesse pour mettre...

Élection de Me Franceline Toé au Comité CEDEF : les femmes célèbrent leur victoire

maître Franceline Toé a été élue, le 7 juin dernier, à New York, comme experte au Comité pour l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes (CEDEF) par 131 Etats sur les 185. Pour les femmes, c’est une grande victoire pour leur participation aux instances de décisions, d’où l’importance de cette cérémonie de réjouissance.

Il y a 55 ans les femmes africaines se donnaient la main pour libérer le continent

Pour la première fois, des femmes africaines se réunissaient, à l’initiative de Aoua Keita, grande militante, syndicaliste et première femme député malienne. Ce jour-là, plus précisément le 31 juillet 1962 à Dar es Salam (Tanzanie), des femmes de tout le continent africain ont créé la première organisation de femmes, la "Conférence des Femmes Africaines" (CFA). Cette journée historique sera ...

Droit de succession de la veuve : ce qu’il faut savoir

Une fois qu’elles perdent leurs époux, ces veuves deviennent des ‘’laissées pour compte’’. En plus de s’occuper seules de la famille, elles subissent quelques fois des préjudices dans la société. Quelles sont les difficultés que rencontrent ces femmes ? De quels droits peuvent-elles en jouir ? Mariée devant l’Officier d’État civil, Véronique a perdu son époux il y a dix-neuf...

À Copenhague, le monde plaide pour les femmes

Women Deliver, la plus grande conférence mondiale sur la santé et les droits des femmes et des filles, se tient cette semaine dans la capitale du Danemark. À l’heure où la France s’étonne, dans la foulée de l’affaire Baupin, du harcèlement dont sont victimes bien des femmes dans l’Hexagone, que les Françaises se rassurent: elles ne sont pas les seules, les discriminations à l’égard des femmes faisant partie des choses partagées par la plupart des sociétés au monde.


Women Deliver, la plus grande conférence mondiale sur la santé et les droits des femmes et des filles, se tient cette semaine dans la capitale du Danemark. À l’heure où la France s’étonne, dans la foulée de l’affaire Baupin, du harcèlement dont sont victimes bien des femmes dans l’Hexagone, que les Françaises se rassurent: elles ne sont pas les seules, les discriminations à l’égard des femmes faisant partie des choses partagées par la plupart des sociétés au monde.

 
Car si elles représentent plus de la moitié de la population mondiale, plaident les experts, les femmes et les filles n’ont toujours pas les mêmes chances que les hommes. C’est à cela qu’entend s’attaquer, à partir de lundi et jusqu’au 19 mai à Copenhague, la plus grande conférence mondiale sur leur santé, leurs droits et leur bien-être.

Women Deliver regroupera 5000 à 6000 participants, dirigeants politiques, avocats, journalistes, chercheurs, entrepreneurs et acteurs de la société civile venus du monde entier. Objectif principal: «Faire avancer le progrès dans les domaines de la santé et des droits maternels, sexuels et reproductifs», plaide dans un communiqué le mouvement au nom bâti sur un jeu de mots difficilement traduisible. En anglais, «to deliver» signifie «accoucher» mais aussi «libérer», «transmettre», «tenir parole»…

Objectifs de développement durable

«Comment le monde peut-il se développer si nous excluons la moitié de la population?», s’interroge Babatunde Osotimehin, directeur exécutif du Fonds des nations unies pour la population (UNFPA). Et d’égrener quelques tristes chiffres: plus de 220 millions de femmes n’ont toujours pas accès à la contraception moderne, chaque jour 800 femmes meurent durant la grossesse ou l’accouchement, et chaque année près de 15 millions de filles sont mariées avant leur majorité.

Lancée à Londres en 2007 pour promouvoir la santé maternelle, Women Deliver a progressivement évolué à Washington en 2010 puis Kuala Lumpur en 2013 pour y adjoindre les questions du pouvoir économique, de la violence, de l’éducation et du climat. Lire la suite

À Copenhague, le monde plaide pour les femmes

Women Deliver, la plus grande conférence mondiale sur la santé et les droits des femmes et des filles, se tient cette semaine dans la capitale du Danemark.

À l’heure où la France s’étonne, dans la foulée de l’affaire Baupin, du harcèlement dont sont victimes bien des femmes dans l’Hexagone, que les Françaises se rassurent: elles ne sont pas les seules, les discriminations à l’égard des femmes faisant partie des choses partagées par la plupart des sociétés au monde. Car si elles représentent plus de la moitié de la population mondiale, plaident les experts, les femmes et les filles n’ont toujours pas les mêmes chances que les hommes. C’est à cela qu’entend s’attaquer, à partir de lundi et jusqu’au 19 mai à Copenhague, la plus grande conférence mondiale sur leur santé, leurs droits et leur bien-être.

Women Deliver regroupera 5000 à 6000 participants, dirigeants politiques, avocats, journalistes, chercheurs, entrepreneurs et acteurs de la société civile venus du monde entier. Objectif principal: «Faire avancer le progrès dans les domaines de la santé et des droits maternels, sexuels et reproductifs», plaide dans un communiqué le mouvement au nom bâti sur un jeu de mots difficilement traduisible. En anglais, «to deliver» signifie «accoucher» mais aussi «libérer», «transmettre», «tenir parole»…

Objectifs de développement durable

«Comment le monde peut-il se développer si nous excluons la moitié de la population?», s’interroge Babatunde Osotimehin, directeur exécutif du Fonds des nations unies pour la population (UNFPA). Et d’égrener quelques tristes chiffres: plus de 220 millions de femmes n’ont toujours pas accès à la contraception moderne, chaque jour 800 femmes meurent durant la grossesse ou l’accouchement, et chaque année près de 15 millions de filles sont mariées avant leur majorité.

Lancée à Londres en 2007 pour promouvoir la santé maternelle, Women Deliver a progressivement évolué à Washington en 2010 puis Kuala Lumpur en 2013 pour y adjoindre les questions du pouvoir économique, de la violence, de l’éducation et du climat. Lire la suite