Situation sécuritaire : le Mouvement Plus Rien ne Sera Comme Avant appelle les burkinabè à l’union

80

Le Mouvement Plus Rien ne Sera Comme Avant (MPRESCA), a tenu une conférence de presse dans la journée du dimanche  16 septembre 2018.Les échanges avec les hommes de medias ont porté entre autre  sur les questions sécuritaires, le projet du referendum, la marche du CFOP, la question de l’éducation et le putsch manqué.

 Selon le coordinateur dudit mouvement, Massourou Guiro, le peuple burkinabè vit en ce moment une période de grande affliction. « La lutte contre le terrorisme et le grand banditisme est une question d’intérêt national .par conséquent, le MPRESCA  invite les burkinabè de tout bord à une union sacrée pour la défense de la patrie », a déclaré Guiro.

À entendre les propos des responsablesdu MPRESCA, certains burkinabè qui spéculent que ces actes terroristes résultent de la mauvaise gouvernance, de l’incompétence du gouvernement et de la mauvaise gestion, doivent savoir que le Burkina Faso n’est pas le seul au monde à subir ces attaques terroristes.

Il a en outre poursuivi que dans leur stratégie de déstabilisation de notre pays, des individus non identifiés endeuillent constamment  des familles.

A cet effet, le mouvement MPRESCA invite aussi toute la classe politique burkinabè à parcourir le pays comme au temps des élections, pour sensibiliser les populations de ces zones à une  collaboration avec les forces de défense et de sécurité afin d’éradiquer ce fléau.

Sur la question du referendum prévu pour passer à la cinquième république, le mouvement fait savoir cela coutera des dizaines de milliards de nos francs. « Le MPRESCA propose à la classe politique le recours à la voie parlementaire pour son adoption et augmenter le budget alloué à la défense pour sécuriser le territoire national. Car sans la paix aucun pays ne peut aspirer au développement », a-t-il soutenu.

Et d’ajouter qu’il invite le chef de file de l’opposition à engager des débats républicains avec le gouvernement sur les questions qu’elle juge de mauvaise gouvernance.

En saluant la liberté provisoire accordée au colonel Auguste Denise Barry, le MPRESCA a souhaité une bonne rentrée scolaire et a appelé « au respect des accords  consensuels signés avec la coordination nationale des syndicats de l’éducation pour une rentrée apaisée ». Selon  le coordonnateur du Mouvement Plus Rien ne Sera Comme Avant, l’éducation est une mission et une arme puissante que l’homme possède pour transformer son monde.

A l’occasion du  troisième anniversaire du coup d’état manqué de septembre 2015, les membres du MPRESCA ont loué l’aspect pédagogique du procès qui sont entre autres la qualité et la tempérance du président du tribunal militaire Seydou Ouédraogo.

Enfin, sans oublier de féliciter aussi, la patience et le courage  des parents des victimes, le président du MPRESCA a demandé en toute humilité,aux avocats de la défense malgré leurs exigences professionnelles de penser aux victimes, car il y a des larmes qui ne cessent de couler.

Achille ZIGANI

Tene Bénédicte Ouédraogo

(Stagiaires)

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here