Accueil Culture « Si des bonnes volontés pouvaient nous soutenir  » : Madina Ilboudo, maquilleuse

« Si des bonnes volontés pouvaient nous soutenir  » : Madina Ilboudo, maquilleuse

 Se maquiller et maquiller les autres, c’est l’activité préférée de Madina Ouédraogo. Son inspiration vient de ses frères et sœurs, aînés auprès de qui, l’habitude est née. En 2021, elle s’est inscrite à un atelier de formation en maquillage organisé par Clap en herbe, une compétition inter-établissement en cinéma, afin de mieux s’exercer.

 

A en croire  l’élève en classe de première A au lycée Municipal Vénégré de Ouagadougou, la formation qui s’est déroulée au siège du FESPACO a duré quatre mois. C’était pendant les vacances. « ‘Nous avons appris à faire le maquillage artistique et le maquillage plateau avec pour but de valoriser la beauté dans toute sa dimension », a-t-elle déclaré.


Lire aussi : Cinéma : la sixième édition de clap en herbe lancée


Le maquillage artistique montre les différentes tribus du Burkina. Cela se fait à travers  différentes couleurs pour représenter les différentes ethnies et se pratique sur le visage, la poitrine et la main. Par contre, le maquillage plateau est celui du cinéma.«  Notre rôle est de maquiller les acteurs et les actrices », a-t-elle signifié. 

 

 Selon les explications, le matériel utilisé est entre autres les crayons, les rouges lèvres et les fonds de teint. Pour montrer par exemple une personne triste, c’est du fond de teint noir  qui est utilisé afin que le visage ne reflète pas la lumière. Pour faire couler les larmes, c’est du mentholatum.

 Âgée de 17ans, Madina met à profit ses connaissances pour maquiller les acteurs et actrices de son établissement lors des tournages de films dans le cadre de Clap en herbe. « Si des bonnes volontés pouvaient nous soutenir dans ce domaine, cela nous permettra d’avoir de la visibilité », lance Madina Ilboudo.

 

Françoise Tougry

Abduolaye Ouédraogo (Stagiaire)

AUCUN COMMENTAIRE

Laissez votre commentaire ici !