Nommée en conseil des ministres, le mercredi 27 septembre 2017 dernier au poste de médiateur du Faso, Saran Séré/Sérémé, a prêté serment ce jour vendredi 27 octobre 2017, devant le Conseil Constitutionnel.

C’est en présence du Chef de l’État Rock Marc Christian Kaboré et d’imminentes personnalités que Saran Séré/Sérémé a été officiellement installée dans ses fonctions de ‘’défenseur des droits’’. 5e médiateur du Faso, et la 3e femme à diriger cette institution, cet organe très proche du peuple, cette économiste de formation, âgée de 48 ans et mère de deux enfants, a juré sur l’honneur de bien remplir sa nouvelle fonction devant le Conseil Constitutionnel.

« Je jure solennellement et fidèlement de remplir ma fonction de médiateur du Faso en toute indépendance et impartialité de façon digne et loyale et de garder le secret des informations détenues dans le cadre de l’exercice de mes fonctions ». Ainsi, en a déclaré Saran Sérémé envers qui, le Président du Conseil Constitutionnel, en retour a souhaité de réussir pleinement dans ses fonctions de médiateur du Faso. Néanmoins, il a tenu a préciser au ‘’ protecteur du citoyen’’, Saran Séré/Sérémé que cette mission que le Président du Faso vient de lui confier ne sera ni aisée ni de tout repos.

Le Médiateur Saran Séré/Sérémé reçoit les félicitations des premières autorités

Le médiateur du Faso sortant, Alima Deborah Traoré qui était à la tête de l’institution depuis août 2011, pour sa part, a salué le choix de la personne de Saran Séré/Sérémé avant de relever que « pour réussir une telle mission, il a fallu compter sur la franche collaboration de tout le personnel, car l’œuvre de médiation réside avant tout dans l’art de concilier les positions, rapprocher les protagonistes et résoudre les conflits ».

Médiateurs sortant et entrant

Quant au médiateur du Faso entrant, l’Amazone du Sourou, elle a d’abord remercié les premières autorités pour la confiance avant de situer les pistes de ce mandat de cinq ans. « Nous aimerions placer notre mandant sous le signe de l’ouverture, de la communication mais de l’innovation surtout et de l’excellence ». De son avis, il est question d’amener l’administration et les administrés à vivre en harmonie, et comme l’a si dit bien son prédécesseur, Alima Déborah Traoré, la qualité de femme battante qu’incarne Saran Séré/Sérémé lui permettra sans doute « d’unir ceux qui se divisent et rassembler ceux qui se dispersent ». Le médiateur entrant, dans sa feuille de route, veut permettre  aux populations de mieux comprendre la fonction de médiateur du Faso et pouvoir recourir à lui sans difficultés. Et en tant que femme, symbole de la paix et d’unité « nous ne pouvons qu’apporter notre contribution afin qu’à travers la calebasse que nous allons offrir, que la paix et la cohésion règnent au Burkina », a déclaré Saran Séré/Séréné.

En rappel, ce 27 octobre 2017, marque le deuxième anniversaire de la marche héroïque des femmes du Burkina, marche que d’aucuns ont baptisé ‘’les spatules en mouvement’’.

Assétou Maïga

Laissez votre commentaire ici !