Santé sexuelle et reproductive : plus de 500 jeunes formés

124

Le Réseau Africain Jeunesse Santé et Développement au Burkina Faso « RAJS/BF »  a organisé un panel ce mardi 31 juillet 2018 à Ouagadougou sur la santé sexuelle et reproductive au profit des jeunes. Cette activité s’inscrit dans le cadre de la commémoration en différé de la journée mondiale de la population.

 Le RAJS/BF avec  l’appui de Planned Parenthood Global (PP Global) et en collaboration avec d’autres partenaires du Projet « Voix pour la santé » que sont l’URCB, l’ABBEF, l’AFJ/BF, SOS/Jeunesse et Défis, l’APAC et l’association de journalistes AJC/PD ont réuni plus de 500 jeunes autour d’un panel dans la capitale burkinabè sous le thème : « Santé sexuelle et reproductive des Adolescents et jeunes au- delà du droit, une nécessité pour la capture du dividente démographique ».

« Ce panel des jeunes par les jeunes s’inscrit dans le cadre de la campagne masse medias du programme Voix pour la santé au Burkina Faso », a expliqué le secrétaire exécutif du RAJS/BF, Bélélé Joseph Ido. Selon la représentante de la division internationale de la fédération américaine de planification familiale PPGlobal, Aminata Rabo, la 3ème phase de ce programme, qui va de 2018 à 2021 se fixe pour objectif un meilleur accès des jeunes aux services adaptés en santé sexuelle et reproductive.

4 jeunes leaders dont deux filles et deux garçons ont tenu en haleine un auditoire composé d’autres jeunes, de journalistes et de personnes ressources sur des problèmes liés à la santé sexuelle et reproductive des adolescents. Aussi, un sketch focalisé sur 3 filles dont une a décidé d’adopter l’abstinence, l’autre, une méthode contraceptive et la dernière qui a voulu ne pas se protéger. Ce sketch a servi d’exemple pour montrer les situations que l’on retrouve souvent dans nos communautés.

Une fille sera victime de grossesse non désirée et chassée de sa famille. Des communications ont été abordées sur les pratiques de la non utilisation des méthodes contraceptives ou de la précocité des rapports non protégés chez les jeunes et ces derniers se sont exprimés sur la question.

Cette activité selon Billélé Ido consiste non seulement à sensibiliser les jeunes et interpeller les décideurs, les partenaires techniques et financiers pour plus d’engagement à travers la santé sexuelle.

« Nous sommes convaincus qu’à travers ce panel, les plus de 500 jeunes présents, vont renforcer leurs compétences de vie courante afin d’être des relais pour leur pairs dans l’adoption du slogan : un enfant ne doit pas faire un enfant, donc nous nous engageons pour zéro grossesses non désirées et zéro paternité précoce » a affirmé la représentante des jeunes, Scholastique Somda.

La représentante de la division internationale de la fédération américaine de planification familiale PPGlobal, Aminata Rabo a souhaité qu’au sortir de ce panel, les jeunes prennent conscience de la nécessité d’avoir une sexualité responsable.

Et Bélélé Joseph Ido de poursuivre que ces 500 jeunes  formés seront désormais des ambassadeurs voire des éducateurs auprès de leurs camarades dans leur milieu respectif.  Quant à la représentante du ministre de la Santé, Ida Salou Kagoné, tous ces combats rejoignent les efforts du gouvernement en ce qui concerne le développement du capital humain. L’accélération de la transition démographique, dit-elle, ne serait possible sans les jeunes.

En rappel, la journée mondiale de la population a été instituée en 1989 pour que les nations du monde mènent la réflexion sur les problèmes démographiques.

                                                                                                                                Téné Bénédicte OUEDRAOGO

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here