Santé: la chaleur, votre pire ennemi

184

Selon une étude présentée à l’Institut de Recherche et de Développement (IRD), la chaleur aurait un impact sur la mortalité et la santé dans la ville de Ouagadougou.

 

Présentée par la socio-démographe, Stéphanie Dos Santos, cette étude montre que la chaleur rend malade. Mal de tête, fatigue général, maladie cutané sont des motifs de consultation constatés dans les centres de santé de la ville de Ouagadougou pendant la période de Mars-Avril.

 

Sur une période de 12 mois, la courbe présentant le taux de maladie est très remarquable pendant les mois les plus chaudes. Les personnes âgées notamment celles qui sont dans la tranche d’âge de 50 ans et plus sont plus touchées par les effets de la chaleur.

 

La mortalité à cette tranche d’âge est aussi élevée à ces périodes. Selon la chercheure, les causes de l’élévation du taux de mortalité sont multiples. « Stress entrainant des accidents de circulation, crise d’asthme, maladies respiratoires sont autant des causes occasionnant l’élévation du taux de mortalité à Ouagadougou », détaille-t-elle.

 

 

En Afrique, particulièrement au Burkina le temps est de plus en plus chaud. Cela est inquiétant lorsque l’on constate que des épisodes de température extrême vont très probablement augmenter dans les décennies à venir. Les capacités d’adaptation des populations est de plus en plus faible.

 

Selon elle, un projet(ACASIS) est mis en place en Afrique de l’Ouest. Il s’agit un système pré-opérationnel d’alerte aux canicules adapté aux risques sanitaires pour les populations. Ce système d’alerte doit intervenir quand la température ambiante excède 38 degrés. L’alerte consistera à faire diffuser des messages de sensibilisation pour se protéger contre les effets de la chaleur. Cependant son application nécessite un coût énorme, avertit Stéphanie Dos Santos.

Madeleine Kienou

Laissez votre commentaire ici !