Santé de la reproduction: le ministère de la Santé échange avec le secteur privé pour le financement

27

Le ministre de la santé, Pr Nicolas Méda, a présidé le mardi 16 octobre 2018 à Ouagadougou, une rencontre de plaidoyer avec le secteur privé dans le cadre de la mobilisation des financements pour la mise en œuvre du dossier d’investissement mis en place par le mécanisme mondial de financement (GFF).

Le dossier d’investissement mis en place par le Mécanisme mondial de financement (GFF), vise à financer la santé reproductive, maternelle, néonatale, la santé de l’enfant, de l’adolescent et la nutrition (SRMNEAN).

C’est dans le cadre de ce financement que le ministère de la Santé a organisé une rencontre de plaidoyer pour impliquer le secteur privé. Cette rencontre avait pour objectif de sensibiliser les acteurs du privé sur le processus GFF afin d’obtenir leur engagement à soutenir le financement du dossier d’investissement sur la SRMNEAN.

Selon les acteurs du domaine, le Mécanisme mondiale de financement peut être considéré comme un fonds catalytique qui doit permettre de lever plus de ressources domestiques provenant du budget de l’Etat et du privé et mieux aligner les interventions des différents partenaires techniques et financiers.


Pour le Ministre de la santé, Pr Nicolas Méda, la présente rencontre est une opportunité d’échanger avec le secteur privé afin qu’il joue sa partition dans le processus du GFF en général et le financement du dossier d’investissement en particulier. Le dossier d’investissement est un des éléments importants de l’approche du Mécanisme mondial de financement (GFF) qui devrait permettre l’harmonisation et une plus grande mobilisation des différentes parties prenantes, y compris le secteur privé et la société civile, dans la promotion de la SRMNEAN.


En citant en exemple la mesure de gratuité des soins au profit des femmes et des enfants de moins de cinq ans, Pr Nicolas Méda a rassuré que le Budget de l’Etat constitue la première source de financement de la santé de la mère et de l’enfant. Pour les 5 prochaines années, le Burkina bénéficiera grâce au processus du GFF, de 110 millions de dollar soit près de 44 milliard de francs CFA des partenaires techniques et financiers.

                                                                                                               DCPM/Santé

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here