De Tampouy à Pissy en passant par Gounghin et patte d’oie, le vaccin contre la fièvre jaune est introuvable dans les formations sanitaires. Chaque jour, les mères font le tour des hôpitaux avec leurs enfants sans pour autant obtenir gain de cause. Un vaccin pourtant recommandé pour les enfants à partir de 9 mois ?

 

« Votre enfant doit faire deux vaccins. La fièvre jaune et la rougeole, mais le premier n’est pas disponible pour le moment ». Ce sont ces propos que les femmes entendent tous les jours lorsqu’elles se rendent à l’hôpital pour faire vacciner leurs enfants.

 

Cela fait environ trois mois que le vaccin contre la fièvre jaune est indisponible dans les centres de santé. Aucune explication jusque-là ne rassure les femmes. Pourtant, explique cet agent de santé rencontré au Centre de Santé et de Promotion Sociale(CSPS) au quartier Nonsin, ce vaccin est recommandé et gratuit pour tous les enfants à partir de 9 mois.

 

« Je suis partie dans trois CSPS jusqu’à présent je n’ai pas encore eu. Pourtant l’infirmier nous a dit que c’est obligatoire pour les enfants. Comme cela on va faire comment », se plaint cette femme rencontrée CSPS du secteur 20.

 

   Même dans les pharmacies, il y a rupture

Même constat dans les autres centres de santé où nous avons pu rencontrer des agents de santé. Cependant, ces derniers se sont terrés dans un mutisme déconcertant. Aucun d’entre eux ne peut dire quand le vaccin pourra être disponible. « Nous même nous ignorons les raisons de cette de rupture de vaccin. Peut-être que les autorités peuvent vous en dire plus », nous lance un infirmier.

Pour mesurer l’ampleur de la rupture du vaccin, nous avons fait le tour des pharmacies. Là-bas aussi, les vendeurs en pharmacie nous font savoir que le vaccin est indisponible. « Je ne pense pas qu’on peut avoir actuellement le vaccin facilement. J’aurais appris qu’il y a rupture. Allez-y vous renseigner au service d’hygiène peut être que là-bas il peut en avoir », nous dit cette vendeuse en pharmacie.

 

Au service de l’hygiène quelle ne fut pas notre surprise de savoir effectivement que le vaccin s’y trouve. Mais pour avoir accès il faut débourser de l’argent. Pourquoi au niveau des CSPS où l’on prône la gratuité des soins en faveur des enfants de zéro à cinq ans il y a rupture de ce fameux vaccin ? C’est la question qu’on se pose. Et ce silence déconcertant observé par les autorités commence à être de trop.

                                                                                              Issa KARAMABIRI

                                                                                              Assétou Maiga

 

 

Laissez votre commentaire ici !