46,5 % de taux d’exécution physique des investissements et 63,1% de taux d’exécution financière, tel est le bilan qui ressort de la session extraordinaire revue à mi-parcours 2017 du Plan national de développement économique et social (PNDES) tenue ce vendredi 13 octobre 2017 à Ouagadougou, en présence du Premier Ministre   Paul Kaba Thiéba et des partenaires techniques et financiers.

Après avoir passé à la loupe les actions programmées dans le cadre de la mise en œuvre du Plan national de développement économique et social(PNDES) pour le premier semestre 2017, le bilan à mi-parcours a montré des résultats encourageants en dépit de quelques difficultés liées à la sécurité et aux grognes sociales. Selon le Premier Ministre Paul Kaba Thiéba, il y a de quoi être optimiste pour la suite.  « Sur le plan de l’exécution des projets structurants, le taux d’exécution physique estimé sur un lot de 27 projets était de 46,5 % pour un taux d’exécution financière de 63,1% » a-t-il expliqué.

Des avancées  notables en faveurs des femmes et des jeunes

En matière d’accès à l’eau potable et à l’assainissement ,500 forages neufs ont été réalisés et 392 ont été réhabilités. 25256 latrines familiales et 356 latrines institutionnelles dont 299 en milieu rural ont été construites

 En ce qui concerne les actions visant à la promotion des emplois décents, on note  le lancement du programme d’autonomisation des jeunes et des femmes  qui devrait permettre de soutenir 13000 projets d’entreprenariats. Par ailleurs 3000 jeunes ont été recrutés dans le cadre des travaux à haute intensité de mains d’œuvre (THIMO)  pour le compte du ministère en charge de la jeunesse et 11350 autres recrutés pour le compte du ministère des infrastructures .

 Dans le domaine de la santé, on note comme acquis majeur  la  politique de gratuité des soins au profit des femmes enceintes et des enfants de moins de 5ans.

Des efforts ont été fournis dans la promotion du genre, des actions sont en cours même si des résultats tangibles seront observés à moyen terme selon le secrétaire permanent du PNDES, Alain SIRI « Aux niveaux des écoles, on constate déjà que les  filles sont beaucoup plus nombreuses que les garçons, cependant cela prendra un peu du temps afin que cela soit visible au haut niveau du supérieure »,a-t-il indiqué.

Ces performances, quoi qu’appréciables,  demeurent tout de même en deçà des attentes. D’où l’invite de Paul Kaba THIEBA à redoubler d’effort, « Je voudrai exhorter tous les acteurs de la mise en œuvre du PNDES à retrousser les manches, à redoubler d’effort pour qu’au soir du bilan, les juges de nos actions que sont la population…nous attribuent une bonne note ».

 

Les PTF suggèrent l’amélioration  des  politiques budgétaires et sectoriels

 En suivant l’état d’avancement des actions du PNDES, le constat est  que  pour certains  secteurs, certains projets avancent beaucoup plus vite que d’autres selon le président de la Troïka des partenaires techniques et financiers, Jean LAMY. Il propose donc  une amélioration des  politiques budgétaires et sectoriels. Ce qui, pour lui,  pourra  aider à avoir des actions beaucoup plus efficaces  pour les années à venir.

Il réitère par ailleurs l’engagement des PTF à accompagner le gouvernement burkinabè dans la mise en œuvre du PNDES.

Au cours de ces  travaux de la revue annuelle 2017, d’importantes décisions ont été prises.

Il s’agit de la validation du  rapport de performance 2017 à mi-parcours et du tableau de bord de suivi des investissements structurants sous réserve de la prise en compte des observations et amendements formulés.

Par ailleurs, l’échéance de formulation des politiques sectorielles a été prorogée  au  31 décembre 2017.

On note également le relèvement de la dotation budgétaire allouée au Fonds National d’étude et préparation des projets(FONEPP) ainsi que l’adoption d’une feuille de route contenant les échéances et mesures à entreprendre. Ce dernier point a pour but  d’atteindre la cible de 15% de part du budget national transféré en 2020 pour accroitre les capacités d’intervention des collectivités dans la mise en œuvre du PNDES.

Adopté en juillet 2016, le PNDES vise une croissance cumulative du revenu par habitant à même de réduire la pauvreté, de renforcer les capacités humaines et de satisfaire les besoins fondamentaux, dans un cadre social équitable et durable sur la période 2016-2020.

                                                                                     Lala Kaboré /Dera

 

 

 

 

Laissez votre commentaire ici !