Retrait des enfants en situation de rue : Paul Kaba Thiéba s’imprègne des conditions d’accueil des pensionnaires

87

Le chef du gouvernement Paul Kaba Thiéba  est allé, ce vendredi 17 août 2018, visiter un site où sont internés plus de 200 enfants retirés de la rue dans le cadre de l’opération lancée par le ministère de la Femme, de la Solidarité nationale et de la Famille.

C’est dans le quartier  de Somgandé dans l’arrondissement 4 de Ouagadougou abritant l’un des centres d’accueil d’urgence des enfants en situation de rue que le premier ministre Paul Kaba Thiéba s’est rendu ce matin.

Ce fut une opportunité pour lui de féliciter et d’encourager la ministre en charge de la Famille ainsi que ses collaborateurs pour ce travail abattu. Pour Paul Kaba Thiéba, cette action de la part du ministère de la Solidarité nationale est la forme achevée de la manifestation de la solidarité nationale voulue par le président du Faso Roch Marc Christian Kaboré afin de promouvoir un développement équitable au Burkina.

« Dans le programme du président du Faso, nous avons mis l’accent sur le capital humain, sur la formation professionnelle, nous avons mis l’accent sur la solidarité nationale. Personne au Burkina Faso ne doit être laissé pour compte, personne au Burkina Faso ne doit être exclu de la communauté nationale », a-t-il déclaré.

Fière de son action, la ministre Laurence Ilboudo a laissé entendre que le problème de ces personnes en situation de rue se situe à plusieurs niveaux. « Il y a des femmes bannies de leur famille. Il y a des enfants en conflit avec leur famille parce qu’ils sont fâché avec leur mère ou leur père ils partent dans la rue », a-t-elle précisé. Et de poursuivre que c’est un phénomène social qui a besoin de l’appui de tous afin de pouvoir le remédier.

Elle a, en outre souligné que l’opération à consister à recueillir les enfants et les femmes sen situation de rue en vue de les stabiliser et donner une chance de réussir.

« Le travail est d’œuvrer à ce que d’autres ne viennent pas remplacer ces enfants d’où l’interpellation du premier ministre sur la responsabilité de chaque parent et des familles dans l’éducation des enfants », a-t-elle souligné.

Pour ce qui est de l’encadrement, la ministre a aussi informé que cette opération dispose des psychologues, des agents sociaux professionnels aguerris au métier qui peuvent accompagner les enfants et leur famille pour les mettre dans une situation de conciliation.

                                                                                                                                                            Achille ZIGANI

                                                                                                                                                          (Stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here