Laurence Ilboudo /Marchal, ministre en charge de la femme a déposé ses valises dans la cité de Yendabli, à Fada N’Gourma, dans la région de l’Est, ce vendredi 23 février 2018. L’objectif général est de s’imprégner des réalités des populations, particulièrement celles des femmes dans le cadre des fora régionaux.

Il est 8h25 quand la ministre fait son entrée dans un endroit assez particulier. Une file de sœurs religieuses entonne une chanson de bienvenue. Les pleurs et les cris d’enfants nous plongent dans l’univers des tout-petits. Ici, nous sommes au centre d’Accueil des Enfants en Détresse Yenguudi, situé au secteur 18 de Fada.

«Ouvert depuis 2011, c’est la première fois que notre centre reçoit la visite d’une des plus hautes autorités de ce pays », se réjouit Sœur Rosine Sawadogo, la première responsable.

Depuis que ledit centre existe, il a hébergé à ce jour 60 pensionnaires âgés de 0 à 6 ans venant principalement de l’Est et du Centre–Est. Orphelins, enfants nés de mères mentalement malades, enfants incestueux ou retrouvés, ces derniers subissent le poids de la société car ils sont considérés pour certains comme un porte-malheur. Et Yenguudi constitue pour eux un moyen pour s‘en débarrasser. Un personnel assez réduit dont trois sœurs religieuses, cinq nourrices, deux monitrices d’éducation, deux cuisiniers, un vigile et un ouvrier s’en occupent. Le centre dispose également d’une infirmerie et d’une section préscolaire. Cependant, il rencontre d’énormes difficultés. Depuis 2016, l’approvisionnement en lait pour les nourrissons est un véritable souci. Les stocks en réserve sont complètement finis et les ressources financières pour en acheter font défaut. Les examens et les soins médicaux des pensionnaires sont très couteux. L’espace d’accueil devient très restreint au regard du nombre d’enfants qui y viennent de plus en plus. En plus, les procédures donnant droit à une adoption nationale ou internationale est une autre paire de difficultés.

Face à cette situation, Laurence Ilboudo/ Marchal a affirmé qu’elle fera de son mieux pour que ces enfants puissent bénéficier de la gratuité des soins adaptés de 0 à 5ans et de les soutenir afin qu’ils puissent s’épanouir.

La prochaine destination est la structure Fonds Enfants pour la Réhabilitation du centre de transit à Fada N’Gourma où elle a présidé la remise de vivres aux personnes vulnérables. Geste humanitaire et de solidarité du gouvernement, ce don d’une valeur d’environ 7 millions va soulager 1000 ménages. Une répartition bien faite garantit une gestion équitable.

D’un lieu à un autre, la ministre s’est rendue au conseil régional. Et là, les femmes l’attendaient pour le lancement officiel du forum. « C’est le seul forum où je vois un si nombre important de femmes en tenues », remarque t-elle ! S’en est suivie la remise des prix sur l’entreprenariat féminin. Mme Couldiati Marie Jeanne de Diapaga avec 14,98/20 gagne 300 000 FCA avec son restaurant chez Tantie Jeanne. Sandwidi/Kanazoe Rasmata s’octroie la deuxième place grâce à une moyenne de 15,19 avec son restaurant la paillote. Elle reçoit 400 000 FCFA. Le maquis restaurant Fresh pâtisserie, boîte de nuit de Diallo/Thiombiano Georgette s’arrache la première place avec 16,63. Elle remporte 500 000 FCFA.

Selon les données de la Maison de l’Entreprise, en 2015, sur 8561 entreprises formelles enregistrées, 1830 en revenaient aux femmes étaient propriétaires soit 21% contre 79% pour les hommes.

Loin des grands débats du forum, la ministre est allée saluer sa Majesté Koupendiali qui lui a donné sa bénédiction. Toute chose qui la réconforte.
La tournée se termine par un retour au conseil régional pour les conclusions du forum.

 

Françoise TOUGRY ( Stagiaire)

Laissez votre commentaire ici !