Certains parents trouvent que leurs enfants sont très éveillés à 4 -5 ans et peuvent déjà faire le CP1. Mais l’enfant est-il prêt pour l’ école à cet âge ? quels risques court- il ? Réponses dans cette interview avec Yahiya Seoni, élève Inspecteur de l’Enseignement de premier degré, licencié en sociologie de l’éducation et du développement.

Queen Mafa : Quel est l’âge normal pour amener un enfant à l’école ?

Yahiya Seoni : au Burkina Faso, l’éducation de base comporte trois niveaux :
L’éducation préscolaire qui prend en compte les enfants de 3 à 6 ans. L’enseignement primaire de 6 à 12 ans et l’enseignement post primaire de 12 à 16 ans. La période du préscolaire ne peut être considérée comme une scolarisation précoce.

Sur quels critères cet âge a-t-il été défini ?

Je pense que les fondements résident dans les sciences de l’éducation et surtout de la psychologie développée par Jean PIAGET sur les stades de développement de l’enfant. C’est à partir de 6, 7, 8 à 12 ans qui correspond à la période des opérations concrètes, que l’enfant est capable d’une organisation mentale qui lui permet à partir de son action sur des objets réels ou leurs figurations, d’accéder à la connaissance rationnelle. Pour moi, ces critères expliquent l’âge d’entrée à l’école primaire à 6 ans.
Cependant, même si les travaux PIAGET sont toujours d’actualité, force est de reconnaitre que sa psychologie basée sur l’intelligence est améliorée par celle du développement. En effet, pour la psychologie du développement l’éveil de l’enfant dépend de son environnement, du milieu, du cadre de vie

Le non-respect de la psychologie par les parents en envoyant leurs enfants au CP1 avant l’âge de 6 ans peut engendrer des risques gravent

Pourquoi est-il important de respecter l’âge de 6 ans ?

Le respect de cet âge permet plus à l’enfant une meilleure acquisition des savoirs, des savoir-faire et des savoir-être, car les programmes, les démarches et les rythmes scolaires sont conçus en fonction du développement psychologique de l’enfant. Le non-respect de la psychologie par les parents en envoyant leurs enfants au CP1 avant l’âge de 6 ans peut engendrer des risques gravent pour eux :
Les enfants scolarisés précocement ont des difficultés d’apprentissage qui conduisent à un échec scolaire. En effet ils ont toujours des besoins spécifiques en termes de sommeil, d’attention, de protection et d’affection. Ils entretiennent des relations privilégiées avec leur mère. Selon la chronopédagogie et particulièrement la chronobiologie les enfants de moins de 6 ans ont plus besoin de sommeil, d’attention que ceux qui 6 ans et plus. Dans la classe, ils dorment, s’amusent ou pleurent après une attention demandée par le maitre, pour permettre à l’ensemble de profiter des apprentissages. Ainsi, ils n’apprennent pas et empêchent l’ensemble de la classe de progresser normalement.

« Si les bébés n’ont pas le temps pour être des bébés, ils ne construisent pas bien les bases de leur développement futur et on retrouvera cela plus tard à l’adolescence ».Bernard GOLSE

En outre, ils sont exposés au surmenage. « L’adaptation de toute action éducative aux possibilités des apprenants est fonction de leur niveau de développement psychologique », est le principe cardinal à respecter pour la prise en charge psychopédagogique des enfants. Ce principe est transgressé par les parents qui inscrivent leurs enfants très tôt à l’école et des enseignants qui s’efforcent de les faire apprendre à lire et à effectuer des opérations pourtant psychologiquement immatures pour ces apprentissages. Quand cette situation n’engendre pas l’échec scolaire, elle entraine la fatigue ou le surmenage chez les enfants.
Ils risquent également de vivre un sentiment d’abandon et d’insécurité affective qui les empêchent de grandir. Selon Bernard GOLSE « Si les bébés n’ont pas le temps pour être des bébés, ils ne construisent pas bien les bases de leur développement futur et on retrouvera cela plus tard à l’adolescence ».

Quels conseils donnez-vous aux parents pour le respect de l’âge normal ?

Il est important pour les parents de respecter l’évolution intellectuelle, physique, morale et de l’éveil des leurs progénitures avant de les inscrire à l’école. L’enfant n’est pas un adulte en miniature mais un être qui a sa propre nature qu’il faut en tenir compte pour assurer son meilleur devenir.
La prise en charge psychopédagogique des élèves précoces n’est chose aisée pour les enseignants qui éprouvent de sérieuses difficultés à appliquer la pédagogie différenciée. En effet, cette pédagogie bien appliquée permet la prise en charge de chaque apprenant en fonctions de sa spécificité.
Il importe de se référer aux spécialistes de l’éducation avant toute inscription de l’enfant à l’école. Ils pourront conseiller les parents sur la capacité de leurs enfants à tenir face aux exigences de l’école.

Assétou Maiga

Laissez votre commentaire ici !