Recherche scientifique: Les capacités des journalistes et communicateurs renforcées

80

 

La direction générale de la recherche scientifique et de l’innovation (DGRSI)  a organisé une session de formation au profit des journalistes et communicateurs scientifiques. Cette session de formation s’inscrit dans le cadre de renforcer leurs capacités dans le genre rédactionnel des résultats de recherche.

Du 05 au 08 septembre 2018, les journalistes et communicateurs scientifiques ont eu droit à une formation sur le genre rédactionnel des résultats de recherche. Selon le directeur général de la recherche scientifique et de l’innovation (DGRSI), Dr Issa Tapsoba, cette session de formation a pour objectif de renforcer les capacités des journalistes et communicateurs dans le traitement et la publication des résultats de recherche.

Pour le Dr Tapsoba, le résultat de cette formation serait le point de départ d’une collaboration entre les médias et les chercheurs. Quant au directeur de la prospective en matière de recherche scientifique et de l’innovation, Dr Bakary Traoré, il a confié qu’il est nécessaire de finaliser le potentiel scientifique, d’inciter les chercheurs à communiquer et de redynamiser les conventions déjà signées entre les structures et les journalistes.

Par ailleurs, au cours des travaux, il est ressorti que le besoin de clarifier les attributions de la direction générale de la recherche scientifique et de l’innovation (DGRSI) et l’agence nationale de valorisation des résultats de la recherche et de l’innovation (ANVAR). Les participants ont relevé des difficultés notamment dans la collecte d’information et l’accès aux chercheurs.

Comme proposition, le formateur, Hamado Ouangraoua a souligné qu’il faut passer par les chargés de communication des structures pour avoir accès à ces chercheurs. En plus, il a rappelé le rôle de la communication dans le processus de valorisation des résultats de la recherche. Un processus, qui selon lui, est  primordial mais qui n’est pas du tout maitrisé au niveau du ministère en charge de la Recherche et de l’Innovation. D’où l’importance de la tenue de cette formation.

De plus, le formateur Ouangraoua est revenu sur l’importance de la communication interne, la création d’une relation de confiance entre communicateurs et premiers responsables de structure et la passion que doit avoir le communicateur/journaliste pour son métier, les généralités sur les genres rédactionnels ou journalistiques.

«  Il s’agit  pour vous journalistes et communicateurs de maitriser les concepts clés que sont l’information, le journalisme, l’information scientifique, la communication institutionnelle », a-t-il affirmé. Et de poursuivre qu’ils doivent être capables de s’approprier des termes des revues scientifiques, des articles scientifiques en vue de favoriser les orientations sur l’écriture journalistique à la radio, télé, presse écrite.

Au terme de cette formation, des recommandations ont été émises notamment la mise en place d’une faitière pour une meilleure diffusion de l’information et de la communication scientifique et de cartographier des associations. Aussi, il a été suggéré de retrouver les textes fondateurs des associations existantes et de proposer une feuille de route pour la concrétisation des engagements pris par l’ANVAR et l’Association des Journalistes et communicateurs scientifiques du Burkina (AJCS./BF).

Cet atelier a regroupé les chargés de communication des différentes structures du MESRSI, les journalistes de l’Association des journalistes  et communicateurs scientifiques et de l’Institut de recherche et de développement(IRD).

                                                                                            Achille ZIGANI

                                                                                                (Stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here