Qui était Bob Marley ?

262

« Ne vis pas pour que ta présence se remarque, mais pour que ton absence se ressente », disait Bob Marley. Aujourd’hui 11 mai 2020, 39 ans après sa disparition, la musique de Bob Marley continue de faire danser une pléiade de mélomanes même dans les rangs de la génération qui ne l’a pas connu. Le moins que l’on puisse dire, c’est que son absence est ressentie. Zoom sur le roi du reggae.

Né le 06 février 1945 d’une mère noire jamaïcaine et d’un père blanc d’origine anglaise, Robert Nesta Marley est à ce jour, le musicien le plus connu du reggae. Celui qui est surnommé le pape du reggae a vendu plus de 200 millions de disques à travers le monde. Sa carrière musicale débute en 1962, mais le succès ne lui sourit qu’en 1964 avec la chanson Simmer Down. Numéro un en Jamaïque pendant un temps, le succès est de courte durée et le chanteur se retrouve sans le sou. Il décide donc de rejoindre sa mère dans le Delaware aux États-Unis. Son but : faire de l’argent pour monter une maison de disques à son retour en Jamaïque. Pendant sept mois, il travaille comme laborantin pour la Dupont Chemical Company et trouve un boulot de soudeur dans les ateliers du constructeur Chrysler.

Voir ici, le clip One de Bob Marley: https://www.youtube.com/watch?v=1PDdCmJ84LI

Bob le rasta

C’est en 1966 que Bob Marley devient rasta. Comme de nombreux jeunes jamaïcains, il voue un culte au Ras Tafari Mekonnen, couronné en 1930, roi d’Ethiopie, sous le nom de Haïlé Sélassié. Ce dernier est accueilli triomphalement en Jamaïque en juillet 1966, deux mois après que Bob Marley s’est embarqué pour le Delaware. Une absence que les adeptes du rastafarisme peinent à comprendre. Mais Bob Marley se rattrape, notamment en 1976, année de sortie de son album Rastaman Vibration. Le titre War reprend le discours de Haïlé Sélassié prononcé devant l’ONU en 1963.

Sa famille

En février 1966, alors qu’il n’a que 21 ans, Bob Marley épouse Alpharita Anderson (Rita Marley). Ensemble, ils sont parents de cinq enfants et leur mariage a duré tout le reste de la vie de Bob. Si le roi du Reggae a reconnu onze enfants de sept mères différentes, le nombre de ses descendants est sujet à de nombreuses controverses. Certains clament que le chanteur aurait eu plusieurs dizaines d’enfants au cours de sa vie.

L’exil

A l’approche des élections de 1976, la Jamaïque est minée par la guerre civile. Sur fond de Guerre froide, le gouvernement proche du voisin cubain se heurte au parti travailliste jamaïcain d’Edward Seaga soutenu par les Etats-Unis. Les gangs politiques se livrent des batailles rangées dans les ghettos de Kingston. Au milieu de ce chaos, Bob Marley propose un concert gratuit intitulé Smile Jamaica. Deux jours avant, il réchappe à une fusillade déclenchée à son domicile par six hommes armés. Blessé à la poitrine et au bras, il assure quand même le concert devant 80 000 personnes. Quelques jours plus tard, il part en exil à Londres pour un an et demi. Bob Marley revient d’exil pour donner à Kingston le One Love Peace Concert, le 22 avril 1978, dans l’espoir de mettre fin à la guerre civile en Jamaïque. Lors de ce concert, il joint les mains des deux opposants politiques Michael Manley et Edward Seaga. Quelques semaines plus tard, les violences politiques reprennent. Ce n’est qu’après les funérailles nationales de Bob Marley que les deux chefs de parti se rencontrent en personne pour se serrer la main.

Bob le panafricaniste

Considéré comme un symbole mondial de la culture et de l’identité jamaïcaine, Bob Marley a longtemps plaidé pour le panafricanisme et le tiers-monde. L’année 1978 est également marquée par la sortie du titre Africa Unite. Bob Marley exprime son souhait de voir le continent s’unir. Prônant le retour des Caribéens en Afrique, il s’y rend pour la première fois cette même année. Après un passage au Kenya, il découvre l’Ethiopie ravagée par la guerre. Il sera particulièrement choqué en découvrant que Haïlé Sélassié, mort en disgrâce en 1975, a été inhumé dans une tombe anonyme.

Voir ici la chanson No women, no cry de Bob Marley: https://www.youtube.com/watch?v=pHlSE9j5FGY

Son décès

En mai 1977, Bob Marley se blesse à l’orteil lors d’un match de foot disputé à l’hôtel Hilton de Paris contre des journalistes à l’occasion de la tournée de promotion de son album Exodus. Malgré les soins prodigués, la lésion ne guérit pas. Il porte des cellules cancéreuses, mais refuse l’amputation qui lui sauverait la vie. Il décède à Miami, le 11 mai 1981 à l’âge de 36 ans. Après des funérailles nationales à Kingston, Bob Marley est enterré le 21 mai dans un mausolée construit à la hâte, à Rhoden Hall.

Bob l’immortel

L’héritage culturel et musical de Bob Marley est aujourd’hui considérable. Bob, le chanteur, le rastaman, le rebelle, le prophète, dont les images s’affichent sur les murs du monde entier, est devenu une icône, au même titre que Che Guevarra, Martin Luther King ou Marylin Monroe. Aux quatre coins du monde, la figure de Bob Marley est présente, sur les murs des quartiers, dans les boutiques de souvenirs, dans les bacs des disquaires. Bob Marley reste partout le symbole de la lutte contre l’oppression et de l’appel à l’amour universel.

Laissez votre commentaire ici !