Les faits de viol qui jusque-là, étaient fréquents chez des personnes adultes, s’installe de plus en plus dans le milieu des jeunes. Dans un quartier de Ouagadougou, une bande d’élèves aurait commis des actes de viols sur une mineure en la personne de A.K.

Les faits se sont déroulés courant mois de mars 2016.Un groupe d’élèves (niveau compris entre 3eme et terminale) décident après les cours du matin de passer l’après-midi chez un camarade, histoire de se détendre loin des cahiers. Ils étaient au nombre de 11 dont 6 garçons et 5 filles. La détente se passe chez H.O qui a pris le soin d’acheter de la boisson dont une bouteille de vin.

Parmi les 5 filles sur place, se trouvait également la victime, A.K, âgée de 15 ans. Sentant des vertiges après avoir bu du vin, elle demande à ce que l’on lui trouve un endroit pour se reposer. Elle est conduite dans la chambre où l’irréparable va se produire.

En effet, A. K a été sexuellement abusée par trois de ses camarades à tour de rôle sans qu’elle ne puisse opposer aucune résistance car étend sous l’effet de l’alcool.

S’inquiétant des va-et-vient des garçons dans la chambre, sa copine décide de la rejoindre pour voir ce qui se passait. C’est là qu’elle découvre l’horreur. A.K. était pratiquement inconsciente, et le dernier à passer sur elle était encore nu.

Le propriétaire de la chambre H.O, complice avait pris le soin d’indiquer à ses amis le tiroir ou se trouvait les préservatifs.

Ce mardi 12 juillet, 4 membres de cette bande ont comparu devant le Tribunal de grande Instance de Ouagadougou pour des faits de viol et complicité de viol.

A la barre, un seul parmi les quatre accusés a reconnu les faits. Les autres se sont contentés de tout nier.

Le tribunal de grande instance de Ouagadougou , jugeant les faits assez graves a requis des peines allant de 8 mois à 24 mois ferme et une amende de 100.000 francs pour chacun des quatre élèves.

Pour le père de la victime, c’est une satisfaction du moment que sa fille est en bonne sante et que justice lui a été rendue. Cependant il dit avoir un pincement au cœur du fait que ce sont des élèves et que leur forfait risque de compromettre leur avenir.

Tienfola

Laissez votre commentaire ici !