Plan d’action 2019-2023 des produits forestiers non ligneux :Une place de choix accordée aux femmes

532

Acteurs impliqués, associations, groupements de femmes, collectivités territoriales, départements ministériels, partenaires techniques et financiers, tous  étaient réunis ce jeudi 25 octobre pour faire un état des lieux du plan d’action 2011-2015 des produits forestiers non ligneux.

Il s’agit pour ces acteurs, d’élaborer la phase 2 pour les cinq autres ans à venir, 2019-2023, du plan d’action des produits forestiers non ligneux. Pour le conseiller technique du ministre en charge de l’Environnement, Souleymane Zéba la problématique de la gestion des produits forestiers non ligneux est une préoccupation pour le pays. D’où la nécessité pour les participants de trouver des solutions pour renforcer la question de l’exploitation des produits forestiers non ligneux dans la vie de nos populations

Le Conseiller technique, Souleymane ZEBA:  » Le présent atelier va jeter un pont vers l’avenir en ce qui concerne l’amélioration de l’existant ».

Selon le chargé de Programme Développement économique local du bureau de la coopération suisse, Salifou Saré, les produits forestiers non ligneux sont d’énormes sources alimentaires nutritionnelles et surtout des revenus pour les pays pauvres. D’où l’importance de réfléchir dans le sens des unités de transformations  locales, en vue de maintenir les femmes dans ces structures sans les déstabiliser.

« Les femmes sont très actives dans la transformation des produits forestiers non ligneux à travers des petites unités locales de valorisation mais aujourd’hui se pose un problème d’accès à la matière première, les amandes de karité ou même les graines de néré », a-t-il regretté.

A en croire le directeur général de l’économie verte et du changement climatique, Lamine Ouédraogo, le bilan de la mise en œuvre du premier plan d’action 2011-2015 est plus ou moins satisfaisant avec l’implication des acteurs et des partenaires, notamment les groupements féminins, les groupements mixtes qui se sont organisés autour des filières  karité et de transformation .Par ailleurs,  plus de 2000 jardins nutritifs ont vu le jour. Ce qui a permis se réjouit-il de professionnaliser les filières et de commercialiser les  produits.

 

Évalue à plus  de 5 milliards de FCFA, ce 1er plan d’action à entendre les initiateurs de l’atelier, mérite un examen sans complaisance

                                                                                                        Assétou Maïga

https://queenmafa.net/wp-content/uploads/2018/04/Bannie%CC%80re-QUEEN_1000x150px.jpg

Laissez votre commentaire ici !