L’une est architecte de formation, l’autre est anthropologue. Elles ont décidé d’unir leurs compétences afin de trouver une solution à l’épineuse question de l’habitat au « pays des hommes » voire en Afrique. Ainsi, est né «Arts Terra », un projet de constructions écologiques adaptées, esthétiques, sociales et durables. C’est cette idée ingénieuse de  Clara Sawadogo et Anne Attané qui a été présentée ce 18 avril à l’Institut des Sciences des Sociétés (INSS).

L’anthropologue Anne Attané expliquant le contenu de leur projet

 Parties du constat auquel sont confrontées les villes africaines  en matière d’habitation notamment le réchauffement des températures, les habitats dégradés, la cherté des matériaux de construction, la difficulté d’accès aux financements, ces deux femmes ont proposé leur « thérapie » en termes de solutions dans le domaine de l’habitat.

les deux femmes en pleine pleine explication de leur projet

Lesquelles solutions, à en croire l’anthropologue Anne Attané consiste à faire face aux périodes trop chaudes sans augmenter la facture énergétique de l’Etat et des populations. Aussi indique-t-elle, l’utilisation des matériaux dans la construction de ces habitats sont à la fois adaptés et produits sur place. « L’autre aspect intéressant consiste à impulser des dynamiques vertueuses d’investissements, créer de véritables filières économiques locales », fait savoir Anne Attané.

Selon l’architecte Clara Sawadogo, ce projet de construction consiste à apporter une solution adéquate à chaque catégorie sociale et de poursuivre que l’utilisation des moyens techniques consiste à améliorer l’efficacité énergétique des bâtiments d’où le concept d’architecture bioclimatique consistant à trouver le meilleur équilibre entre le bâtiment, son milieu environnant et le confort de l’habitant.

En croisant leur réflexion, Architecte et anthropologue ont proposé six (6) concepts architecturaux innovants qui permettent à toutes les catégories sociales d’accéder à un habitat de qualité, durable et permettant de lutter contre l’augmentation des températures avérée par les scientifiques.

L’accompagnement à l’auto-construction, la maison évolutive, la villa cossue, les kiosques en matériaux naturels, la réhabilitation des grandes cours familiales, la rénovation de l’habitat ancien, ce sont ces concepts nés de l’effort de réflexion de Anne Attané et Clara Sawadogo.

« Tous ces projets sont pensés pour être accessibles financièrement aux différentes catégories sociales » confie Anna Attané. Ce sont des habitats construits aussi en voute nubienne que cette équipe entend mettre à la disposition des burkinabè

                                                                                                                                               Issa KARAMBIRI

Publicités