Prix Senghor : Annie Lulu, lauréate de l’édition 2021

59

Le jury du Prix Senghor 2021 a récompensé l’auteure Annie Lulu pour son ambitieux et remarquable premier roman autobiographique « La Mer Noire dans les Grands Lacs « . Les organisateurs du Salon du livre africain de Paris 2021 prévoient de remettre cette récompense lors de la tenue de la rencontre littéraire de fin septembre, à Paris sixième.

Dans son ouvrage, paru en janvier 2021 aux éditions Julliard, l’auteure immerge le lecteur dans la problématique de la double identité : une mère roumaine et un père congolais qu’elle n’a pas connu. Charmes et douleurs se déclinent dans ces mélanges de races, de couleurs et de pays. Ses deux parents n’ont qu’un seul point commun, l’érudition, noyée entre la beauté maternelle et le révolutionnaire congolais.

Elle s’adresse à son futur fils qu’elle porte et élèvera sans père. Chaque page est la découverte d’une tradition roumaine ou d’une coutume congolaise de la République démocratique du Congo. Point d’opposition entre ces deux pôles mais un enrichissement mutuel pour décrire le mauvais et le meilleur de chacun.

Au fil des pages, le lecteur découvrira qu’elle ne réussira pas à devenir une vraie congolaise. Mais ses ADN héréditaires feront d’elle une femme debout.

Le blues des Carpates et le spleen africain s’effacent devant la belle tradition de la transmission où toute naissance se nourrit toujours de ses ancêtres et poursuit son chemin avant de devenir ancêtre à son tour.

Annie Lulu est une belle découverte avec ce beau premier roman. Son style brillant et poétique, illustré de nature, atténue le racisme pathologique, les épisodes parfois dramatiques de la condition féminine africaine sous fond de colonisateurs d’hier ou d’aujourd’hui. Résolument tournée vers le futur, son immense mérite est de faire grandir le lecteur face à ses préjugés sur les cultures européennes et africaines.

Le jury du Prix Senghor, séduit par cette métisse en perpétuelle quête d’identité, souligne : « Écrit d’une plume flamboyante, à la fois poétique, intense, épique et musicale, au carrefour des traditions balkaniques et africaines, ce premier roman sur la quête des origines bouleverse par sa profondeur et sa beauté. Suite: adiac-congo

 

 

https://queenmafa.net/wp-content/uploads/2018/04/Bannie%CC%80re-QUEEN_1000x150px.jpg

Laissez votre commentaire ici !