Pour un meilleur drainage des eaux de pluie à Ouagadougou !

306

Dans le cadre des activités de développement du sous-secteur assainissement pluvial au Burkina Faso, un atelier de validation du rapport de stratégie et outils de mise en œuvre se tient à Ouagadougou. Les travaux se sont déroulés ce vendredi 02 Août 2019 dans la salle du conseil municipal de la mairie centrale.

Examiner et valider un plan d’action et un programme prioritaire d’investissement sur 05 ans au profit des villes du Burkina Faso, c’est l’objectif des participants réunis autour du rapport de stratégie. « La question de l’assainissement est fondamentale pour les villes du pays » souligne Claude Marcel Kyelem, représentant du ministre de l’urbanisme et de l’habitat. « Il est important donc que ces questions soient bien pensées, face aux résultats spectaculaire des premières pluies », poursuit-il.

Claude Marcel Kyelem, représentant du ministre de l’urbanisme et de l’habitat
Claude Marcel Kyelem, représentant du ministre de l’urbanisme et de l’habitat

D’un coût global estimé à 28 milliards de Francs CFA, le premier sous projet d’assainissement des quartiers périphériques de Ouagadougou (SPAQPO) a été lancé depuis le 04 février 2014. Il vise à contribuer à l’amélioration des conditions de vie des populations de la ville de Ouagadougou et notamment celles des quartiers périphériques.

Selon Boureima Kaboré, directeur général de l’agence municipale des grands travaux de Ouagadougou et coordonnateur du projet, la situation en matière d’assainissement dans les quartiers périphériques n’est pas du tout reluisante. « Nous avons un taux de couverture de seulement 6% d’assainissement pluvial de la ville de Ouagadougou, ce qui fait que les quartiers périphériques sont sujet à inondations quand il pleut. », ajoute t-il.

le coordonnateur du projet, Boureima Kaboré
Boureima Kaboré, coordonnateur du projet

Le projet SPAQPO comprend trois composantes. La composante A concerne le développement d’infrastructures de drainages des eaux pluviales et de gestion des déchets solides ; la composante B porte sur les études et l’appui institutionnel au développement du sous-secteur d’assainissement pluvial et la composante C se consacre à la gestion du sous projet.

En termes de réalisations, le SPAQPO a permis la construction d’un réseau de drainage supplémentaire de plus de 12 km de caniveaux dans trois zones inondables de Ouagadougou, l’aménagement du canal du Mogho Naaba sur plus de 03 km, celui de 22 cellules d’enfouissement des déchets solides ainsi que la mise aux normes de 55 centres de collecte et de tri des déchets.

les participants à l'atelier
Une vue des participants

A en croire Adama Nikiema, représentant du maire de la commune de Ouagadougou, le sous-secteur de l’assainissement pluvial connait des difficultés surtout à Ouagadougou et à Bobo Dioulasso en raison des importants investissements sans une forte participation des bénéficiaires eux-mêmes.

Tout en exhortant les participants à œuvrer de manière positive pour le bon déroulement des travaux, le ministre de l’urbanisme et de l’habitat, à travers son représentant, assure que le pays disposera d’orientation pour la mise en place d’un cadre institutionnel du sous-secteur assainissement pluvial.

Faridah DICKO

Laissez votre commentaire ici !