Pour 20. 000 FCFA, il poignarde sa femme et sa belle-mère

388

Yao Drissa a comparu ce 8 mai au tribunal pour répondre des faits qui lui sont reprochés. Après le plaidoyer, il écope une sanction de deux ans et une amende de 300 000 F CFA. Les faits…

Mère d’un garçonnet, Salimata Fofana est ménagère. Afin de subvenir à ses besoins, elle décide de mener une activité. Pour ce faire, cette dernière emprunte 20.000 FCFA à son mari. Il la lui accorde à la seule condition qu’elle  rembourse  intégralement le montant.

En cette matinée du 8 mai 2018, tous les deux se sont retrouvés devant le procureur. La raison, ce sont les mêmes 20.000 F qui sont à la base de ce procès. A la barre, le mari, la femme, la belle-mère et un témoin.

Une fois la somme de 20 000 FCFA acquise au près de son mari, la femme a entrepris un commerce, et petit à petit, elle atteint  un chiffre d’affaire de 50.000 FCFA. S’étant rendu compte que sa femme s’émancipe financièrement, il l’oblige à arrêter son activité.  .

Pire, le mari réclame maintenant 50.000 F en lieu et place de 20.000F comme ce qui était convenu au départ. Toute chose que madame refuse. Une dispute éclate entre les deux. Le mari a même tenté d‘en venir aux mains afin de récupérer son argent. Suite à ce comportement, la femme rentre chez ses parents. Quelques temps après, l’ex-mari se rend dans sa belle-famille et exige le retour immédiat de sa femme et son enfant chez lui.

Pendant qu’il est assis attendant une réponse, sa femme et sa belle mère se retirent. Contre toute attente, il les surprend dans la maison avec un couteau en main. Il menace son ex- femme en ces termes « Ne t’ai-je pas dit que je vais te tuer ? » Paniquée, elle crie et le supplie. Il la pousse à terre  et  la poignarde au ventre, au bas ventre et à la cuisse.

Pendant que la belle-mère désemparée, tente d’aller chercher du secours, il laisse sa femme et s’en prend à cette dernière, la poignardant également à trois reprises, bien qu’elle soit en grossesse.

Les deux victimes  baignant dans leur sang sont transportées dans une ambulance à l’hôpital pour des soins d’urgence. Les blessures sont constatées par des ordonnances et des certificats médicaux.

Au cours du procès, un  témoin a affirmé que le mari jouit de toutes ces facultés. A la question «Mme,  qu’est-ce -que vous réclamez comme dédommagements ? », Elle répond : 300.000 FCFA pour mes  œufs. Et pour votre santé ? « Je ne peux pas évaluer, nous enverrons les ordonnances ».

Toutes les questions posées à l’époux sont restées sans réponse. Mr Yao , pourquoi avez-vous fait ça ? Pour rien. Répond-t-il.

Pourquoi avez-vous tenté de tuer votre ex-femme ? Pour rien !

Votre belle-mère vous a-t-elle fait quelque chose ? Non, rien

 Au regard des éléments versés au dossier, Yao Drissa écope de 24 mois de prison  et d’une amende de 300.000 FCFA.

Au terme du procès, le mari demande pardon à sa belle- famille. Mais, celle-ci ne l’entend pas de cette oreille. Dans les coulisses, la famille des victimes envisage rendre le garçonnet à son père afin d’éviter que la situation ne s’envenime davantage.Par contre au regard de la gravité des faits  elle estime

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here