C’est à  Yako dans la province du Passoré que la première dame, Sika Kaboré a donné le top de départ de la campagne de communication « 100 jours pour convaincre sur la planification familiale », ce samedi 23 juin 2018. Cette campagne s’inscrit dans le cadre du projet SWEDD (Sahel Women Empowerment and Demographic Dividende).

Améliorer l’achèvement du cursus scolaire par les filles au post primaire et au secondaire, renforcer les compétences de vie notamment en matière de leadership, d’accès aux services de santé maternelle et reproductive, améliorer les revenus par un meilleur accès à l’emploi et à la facilitation de l’auto-emploi, ce sont ces objectifs visent à atteindre le projet SWEDD.

Ledit projet a pour but, selon le ministre de la Santé, Nicolas Méda d’accélérer la transition démographique afin de créer les conditions de la réalisation du dividende démographique et la réduction des inégalités entre les sexes.

Ainsi, en organisant cette campagne nationale de communication, « 100 jours pour convaincre sur la planification familiale », le ministre de la Santé a confié que la demande au niveau des services de santé reproductive et autres au sein de la population sera améliorée.

C’est pourquoi, il a exhorté les populations à avoir un comportement favorable à l’espacement des naissances pour donner plus de chance aux enfants de mieux se porter et aux femmes de mieux contribuer au développement de la nation.

« Dans un couple où les naissances sont planifiées et espacées, la santé y règne et la femme a beaucoup plus de temps à consacrer à son époux, et à l’éducation des enfants, à leur alimentation. Toute chose qui contribue à au bien-être de la famille », a indiqué Nicolas Méda.

Convaincre  sur la planification à tout prix

En tant que marraine de la cérémonie, la première dame Sika Kaboré a affirmé ne pas douter un seul instant de l’importance de cette campagne de communication. Pour elle, la campagne permettra d’emmener les femmes à adopter des comportements favorables à la planification familiale.

« Pour pouvoir mieux servir son pays, une femme doit choisir à quel moment elle doit concevoir et choisir le nombre d’enfants qu’elle désire avoir afin de pouvoir vaquer à d’autres occupations génératrices de revenus », a-déclaré la première dame.

Elle a par ailleurs confié qu’il faut nécessairement convaincre les hommes, les femmes elles même s’approprier de toute l’importance que revêt la campagne de communication. Outre, les hommes à convaincre, Sika Kaboré a insisté qu’il faut persuader les leaders coutumiers et religieux sans oublier les élus locaux qui accompagnent la population dans leur vie de tous les jours.

« C’est un devoir pour moi. Je me suis engagé partout où besoin sera pour communiquer sur l’importance de la planification familiale », a-t-elle insinué avant de poursuivre que le rythme avec lequel la population croît, si rien n’est fait l’État n’aura pas les moyens de suivre cette croissance et de pouvoir mettre à la disposition de cette population tous les services notamment de santé, d’éducation.

Abdoul Karim Ouédraogo, coordonnateur national du projet SWEDD

Selon le coordonnateur national du SWEED, Abdoul Karim Ouédraogo,  trois régions sont ciblées par cette action de communication. Il s’agit des régions des Hauts bassins, du Centre-Est et du Sahel à travers les districts de Houndé, Yako, Koupéla et Garango.

Dans cette démarche quatre catégories de cibles sont visées à savoir les cibles primaires (les femmes, les hommes, les jeunes et les adolescents), les influenceurs directs (Époux, beaux parents), les cibles secondaires (hommes et femmes de média, artistes musiciens, enseignants), les cibles tertiaires (leaders coutumiers, autorités politiques et administratives, élus locaux).

                                                                                                                      Issa KARAMBIRI

Publicités