Accueil Lifestyle çà vous interesse Pénurie d’épouses dans le monde: Une disparité source de violence faite aux...

Pénurie d’épouses dans le monde: Une disparité source de violence faite aux femmes

736

Les femmes se font rares dans le monde! C’est  le constat alarmant que dresse la chercheuse Heather Barr dans un essai publié en marge du rapport annuel de l’ONG Human Rights Watch. Une situation qui amène les hommes à utiliser de solutions extrêmes pour avoir une compagne. 

Selon un rapport publié par  l’organisation Human Rights Watch, le nombre de femme est en baisse dans le monde. C’est notamment le cas de la Chine et de l’Inde.Le déficit dans ces deux pays est estimé à près de 80 millions de femmes si l’on veut attendre l’ égalité numérique entre hommes et femmes.

Or selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le ratio garçons/filles à la naissance est d’environ 105 garçons pour 100 filles. Pour assurer un équilibre de la société,il faut  à défaut d’avoir quelques garçons supplémentaires , car les hommes meurent plus tôt, un nombre égal d’hommes et de femmes dans une société. D’après les calculs de l’organisation effectués en 2012, le ratio naturel dans le monde serait invariablement de 105 naissances de garçons pour 100 naissances de filles, une légère disparité qui s’atténuerait avec le temps, étant donné la mortalité infantile plus élevée chez les garçons.

Une vue de la population dans une rue chinoise

Le nombre de femmes dans le monde en baisse: faut-il s’en inquiéter?

« Rien de tel ne s’est produit dans l’histoire de l’humanité », écrivait le Washington Post dans un article en date d’avril 2018, parlant du cas de la Chine. En effet, dans ce pays le plus peuplé du monde, le « rapport de masculinité » est nettement plus élevé que 105, dépassant parfois 120 garçons pour 100 filles.

Quant à l’Inde, ce rapport est nettement supérieur à 105, et cela,  depuis des décennies. Il en résulte que, dans ces deux pays, qui comptent en tout 2,73 milliards d’habitants, il y a environ 80 millions d’hommes de plus que le nombre jugé souhaitable.

Le déclin du nombre des femmes dans ces pays à la résultante d’une  discrimination entre les sexes. En Inde, l’avortement à pris des proportions inquiétantes dans les couples qui ont une nette préférence pour le garçon au détriment de la fille. Ce phénomène n’est d’ailleurs pas nouveau puisse que le gouvernement indien avait  en 1994  promulguer une loi qui interdisant le dépistage du sexe du fœtus pour empêcher les avortements sélectifs.

En Chine, des décisions similaires ont été encouragées par la politique nataliste de l’« enfant unique » en vigueur entre 1979 et 2015, laquelle a convaincu de nombreux parents que leur seul enfant devait être un garçon.

La pénurie de femme exacerbe la traite d’épouse

Le nombre insuffisant de femmes a des conséquences néfastes en Chine et parfois dans les pays voisins.  L’une de ces conséquences notamment la traite des femmes mariées du Myanmar vers la Chine, sera rendu public en février 2019 par Human Rights Watch.

 « Dans les États du Kachin et du Shan,  à la frontière avec la Chine, … Les trafiquants prennent pour cible les femmes et les filles vulnérables en leur faisant miroiter des offres d’emplois en Chine et les moyens de s’y rendre. Elles sont ensuite revendues entre 3 000 et 13 000 dollars à des familles chinoises confrontées à des difficultés pour trouver des épouses à leurs fils. Une fois achetées, ces femmes et filles sont généralement enfermées dans une pièce et violées de manière répétée, afin de les mettre enceinte rapidement pour qu’elles puissent donner un bébé à la famille. Après avoir accouché, certaines sont autorisées à partir, mais contraintes de laisser leurs enfants derrière elles » peut-on ainsi lire dans le rapport.

Il existe des preuves de traites  d’épouses au Cambodge, en Corée du Nord et au Vietnam, et d’autres d’autres pays limitrophes de la Chine.

En plus de la  traite, le manque de femmes conduits à plusieurs formes de violence à leur égard. Les autres conséquences sont l’instabilité sociale, les distorsions du marché du travail et les mutations économiques.

Une ironie du sort donc puisse lorsque les femmes sont trop nombreuses, elles sont perdantes et quand elles sont en nombre insuffisant… elles sont encore perdantes.

D’où l’urgence pour  la Chine, l’Inde et d’autres pays touchés d’ agir de toute urgence pour atténuer les effets du déclin du nombre de femmes selon l’ONG Human Rights Watch. Ils devraient examiner attentivement les conséquences de cette pénurie, y compris en relation avec la traite et les autres formes de violence à l’égard des femmes. Plus important encore, ces pays devraient faire davantage pour s’attaquer à la cause fondamentale du déséquilibre démographique, à savoir la discrimination fondée sur le sexe, qui se traduit souvent par l’espoir que le bébé à naître sera un garçon et non une fille.

FSO

Laissez votre commentaire ici !