Nous

Contacter

Notre

BOUTIQUE

dans Actualité

Nuit des Bloggeuses : les lauréates seront connues le 8 mars

 

L’Association Mys’Tic Burkina Faso a organisé le mercredi 1erMars à Ouagadougou une conférence de presse. Il s’est agi de présenter les candidates retenues pour la finale du concours Mys’tic Blog Awards et de faire le bilan de leurs activités.

 

Selon les organisateurs de la conférence de presse, le concours Mys’TIC Blog Awards vise à vulgariser les techniques et les technologies de l’information et de la communication, auprès de la gente féminine. C’est une occasion pour ces organisateurs d’offrir de nouvelles opportunités aux jeunes à travers la maitrise des Tic et leur ouvrir la porte à entreprendre une carrière indépendante.

 

Un autre objectif, à en croire la présidente de l’association Noëllie Kouraogo est de faire découvrir les bloggeuses du Burkina Faso, et surtout d’éveiller les jeunes sur l’intérêt de l’utilisation de cet outil. « Ce concours est aussi une occasion pour Mys’Tic Burkina non seulement d’offrir une formation de grande envergures mais aussi permettre aux jeunes de démarrer une nouvelle activité professionnelle »

 

 

Ainsi, pour sa première édition, ce concours a été ouvert à toute burkinabé résidant au Burkina Faso et ayant un blog ou désirant de se lancer dansl’animation d’un blog. 20 filles au départ, c’est finalement 11 qui sont retenues pour la compétition. Elles ont jusqu’au 6 mars pour argumenter leurs blogs d’au moins cinq articles avant que le jury ne se réunissent pour décider de qui est la meilleure pour la première édition. Les résultats seront connus ce 8 mars 2017, journée internationale de la femme lors d’une soirée dénommée la nuit des bloggeuses.

 

Les candidates à Mys’Tic Blog Awards ont pu prendre part à quelques activités qui devraient leur permettre d’avoir plus de connaissances sur les blogs et leur utilisation. « Elles ont eu droit à une formation sur le blogging, puis une séance de coaching motivation leur a été offerte, du 9 au 23 février », a confié Evelia Gadegbekv, la responsable du projet.

 

En plus de cela, les membres de l’Association Mys’Tic Burkina ont aussi reçu une formation introductive au développement d’applications mobiles. « La première nuit des bloggeuses se veut être une fête de la femme, dans une ambiance joyeuses malgré les modestes moyens dont nous disposons. » Evelia Gadegbekv.

Aminata Gansoré

Madeleine Kienou

{loadmodule mod_facebooklike,Facebook Like}

dans Actualité

FESPACO 2017 : « Félicité », un bel hommage à la femme battante

 

Sacré Etalon d’or du Yennenga au FESPACO 2013 avec son film « Tey », le réalisateur Franco-sénégalais Alain Gomis revient avec avec « Félicité ».Une projection à guichet fermé au Ciné-Burkina ce mardi 1 mars 2017.

 

« Félicité », c’est l’histoire d’une femme courageuse, battante, forte et fière. Elle est chanteuse de bar à Kinshasa en République Démocratique du Congo (RDC). Mère célibataire, Félicité affronte dignement son quotidien. Cependant, sa vie va prendre une autre tournure lorsque son fils fait un grave accident de circulation. Il doit urgemment être opéré. Félicité doit trouver une forte somme d’argent, afin de le sauver. 

 

C’est donc parti pour une course contre la montre. Elle fera les coins et recoins de la capitale électrique de Kinshasa. Dans cette aventure, elle connaitra les souffrances les plus atroces : insultes, menaces, tortures, bref, elle verra de toutes les couleurs. Quand enfin, elle réunit la somme réclamée, il était déjà trop tard. La jambe de son fils a été amputée afin de sauver l’essentiel. Elle plonge ainsi dans une mélancolique incontrôlable, mais finit par se ressaisir  grâce à Tabu, un garagiste qui lui fera finalement retrouver le sourire.

 

Dans une ambiance musicale captivante assurés par les orchestres congolais Kasaï All stars et symphonique Kimbanguiste, le réalisateur nous fait vivre plusieurs émotions souvent contradictoires. De la tristesse, du désarroi, de l’amertume, en passant par le désespoir, et la joie, « Félicité », fait tout simplement voyagé.

« Félicité rend hommage à toutes ces femmes, ces héroïnes qui affrontent la vie, avec toutes ces difficultés possibles, c’est pour moi une manière de rendre hommage, de magnifier la dignité de toutes ces personnes qui se battent pour la vie », a expliqué le réalisateur Alain Gomis à la fin de la projection.

 

Quand à l’actrice principale, Véro Tshanda Beya, elle a interprété le rôle de Félicité de fort belle manière même si elle n’est ni chanteuse ni danseuse. « C’est un grand honneur pour moi d’interpréter ce rôle, c’était une belle expérience pour moi », s’est- elle réjoui. A noter que ce film, tourné en langue lingala, une langue locale congolaise et sous-titré en français, aégalement remporté l’Ours d’argent à la 67e Berlinale de Berlin en Allemagne. « Félicité » est en lice pour la compétition officielle pour l’Etalon d’or du Yennenga pour la 25e édition du FESPACO.

 

Des cinéphiles apprécient l’œuvre

Fatou Kandé Senghor : « le film me touche énormément, il retrace la vie d’une femme qui souffre dans une capitale d’Afrique. Il met en lumière des sujets dont on ne parle pas toujours aux vues de nos valeurs traditionnelles africaines, il y’a énormément de choses dans ce film que l’on vit quotidiennement. »

Ousmane Sawadogo : « J’ai aimé l’histoire de cette femme qui se bat pour sa pitance quotidienne. Des femmes comme elle, on en trouve dans toutes les capitales d’Afrique. Seulement je déplore la durée du film (ndlr presque 2 heures), c’était trop long à mon avis ».

Sophie Ouédraogo « Le film m’a beaucoup plus car je me retrouve dedans .Aujourd’hui, il faut encourager toutes ces personnes qui se démêlent pour assouvir à leurs besoins, sans compter sur autrui ».

Lala Kaboré /Dera

dans Actualité

Adama Rouamba à la conquête de l’Etalon d’or avec la forêt de Niolo

Réalisateur Burkinabé, Adama Rouamba est dans le cinéma depuis 1994. Il est présent au FESPACO avec son film la forêt du Niolo, un long métrage de 90 minutes. En compétition officielle, ce film projeté au ciné Burkina, le mardi 28 février dernier, connait un franc succès.

 

La forêt de Niolo aborde une thématique d’actualité, dans un contexte surtout africain. La vallée de Niolo abrite une forêt luxuriante très riche en ressources naturelles. Kader Traoré natif du village de Niolo, est un homme politique riche et influent. Aïcha est directrice de l’ONG Nature Verte. Elle est mariée à Nathanaël Traoré, un journaliste investigateur. Kader Traoré veut délocaliser tout le village et exploiter le sous-sol. Il se sert alors de son argent pour avoir des faveurs dans le village à l’image de l’oncle d’Aicha. En complicité avec le ministre des mines, ils empoisonnent le lac et font croire aux habitants du village qu’il s’agit d’un phénomène naturel. Nathanaël et Aïcha ne sont pas convaincus de cette conclusion. Lorsqu’ils décident de mener des investigations, une guerre sans merci se déclenche. Nathanaël est séquestré Il est violemment torturé et tué. Son meurtre entraîna une marche des femmes dans la capitale. L’oncle d’Aicha met une balle à la tête de Kader avant de se livrer à la justice.

Réactions du réalisateur et comédiens

         Adama rouamba, le réalisateur. Il y a eu un engouement et ça fait plaisir quand on voit que les gens s’intéressent à ton film. Mon premier court métrage date de 1995.

             Rokhaya Niang, comédienne et l’actrice Aïcha du film : Je suis sénégalaise. Je viens de découvrir le film en même temps que tout le monde. Je vois tous les amis qui viennent vers moi pour me féliciter, alors que moi je dis que je n’ai pas été à la hauteur. Je suis dans le cinéma depuis 19ans.

             Leila Tall, comédienne et actrice du film : c’est en regardant maintenant le film que je vis la souffrance que cette mère a vécu en perdant sa fille. Je suis comédienne depuis 20ans.

           Barou Oumar Ouédraogo, comédien et acteur du film : Ca me raga hardi, j’ai pu accomplir une mission qu’on m’a confiée.

                                                                                                                                                    Assétou W. Maïga

                                                                                                                                                  Madeleine Kienou

 

dans Chronique

Coup de gueule: quand le maire manque de discrétion

Nous sommes à la fin de la cérémonie de libation des cinéastes disparues. La tradition de la libation se tient à 7h du matin avant le lever du soleil. Un hommage dans l’hommage puisque, la cérémonie se terminait par l’inauguration de la statue d’un grand homme du cinéma ivoirien et africain : Kramo Lanciné Fadika.

 

Pendant que les officiels s’apprêtaient à découvrir le monument du cinéaste, le maire de Ouaga , malgré son retard consommé, a fait son entrée dans la danse et comment ? Avec un air d’invité d’honneur au milieu de tous.

Ce qui est choquant dans tout ça, c’est que le maître de cérémonie n’a pas manqué de signaler son arrivée en dépit de son retard et pour une cérémonie qui se déroulait juste devant la porte de sa maison (mairie centrale). Naturellement cela a créé des murmures mais bon !

 

Espérons, que pour les prochains retards du maire ou tous autres responsables de l’administration, ils auront plus de discrétion et feront profile bas pour ne pas attirer l’attention des hôtes surtout à des évènements d’envergure du FESPACO, ou sont présents des milliers de festivaliers venus nombreux pays. En entendant on se console, en se disant qu’il n’était pas invité à cette cérémonie et qu’il était juste de passage et tenait à dire bonjour, comme tout bon burkinabé .

Tienfola

 

dans Portrait

Lucie Tiendrebéogo, une mémoire vivante du FESPACO

Le plus grand rendez-vous du cinéma africain bat son plein à Ouagadougou. Sa réussite est l’œuvre de plusieurs personnes qui travaillent souvent dans l’ombre. Lucie Tiendrebéogo née Sondo, fait partie de celles-ci. Portrait d’une femme exceptionnelle qui consacre sa vie au rayonnement du Cinéma africain.

 

Elle est incontestablement, la « porte d’entrée » du FESPACO. Elle rencontre probablement beaucoup plus de personnes que tout autre membre du comité d’organisation du festival. Présidente de la commission accréditations et relations publiques depuis 1999, elle a vu plusieurs éditions de la biennale. Cette commission est l’une des plus importantes du Festival. C’est dans celle-ci que le festivalier prend le premier contact avec la biennale.

 

En plein FESPACO, on peut imaginer la grande pression qui pèse sur ses épaules. D’ailleurs nous avons peiné pour lui faire dire mot, encore moins immortaliser son sourire. La dizaine de festivaliers attendant dans son bureau, pour récupérer leurs badges y sont certainement pour quelque chose. « Je suis prise, désolée, je ne donne pas d’interview madame ! » Vous l’aurez compris, elle est au four et au moulin.

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lucie Kéré, « Un bourreau du travail »

 

C’est le journaliste et l’émérite homme de culture, Baba Hama qui lèvera un coin du voile sur dame Tiendrebéogo. « Lucie, un bourreau du travail », dira celui qui l’a côtoyé au travaille plus d’une dizaine d’année. « Elle peut rester au bureau à des heures tardives pour son travail », nous confie Isabelle Tiendrebéogo, promotionnaire de l’INAFEC et amie de Lucie Tiendrebéogo. Elle aurait même fait un petit accident dû à son travail. Dieu merci, il y’a eu plus de peur que de mal.

 

Et si l’ancien délégué général du FESPACO, Baba Hama a un message particulier à l’endroit de celle qu’il a connu depuis l’école primaire, ce serait lui demander d’écrire un ouvrage sur le festival, car selon lui, elle constitue une des mémoires vivantes du FESPACO, et à ce titre, elle est bien placée pour en parler.

 

Le moins que l’on peut dire est que le cinéma est toute sa vie. Après sa formation à l’Institut Africain d’Études Cinématographiques, (l’INAFEC), Lucie Tiendrebéogo a d’abord travaillé au sein de la radio nationale en tant que journaliste. Elle sera par la suite affectée à la direction régionale de la radio nationale à Koudougou. Quelques années après, elle signe son retour à la radio nationale avant de rejoindre le FESPACO en 1998 où elle est chargée des accréditations et des relations publiques du festival. Elle est depuis lors l’une des chevilles ouvrières de FESPACO, en tant que institution.

 

Isabelle Tiendrébéogo la décrit comme une femme très forte en termes de personnalité, discrète, très humble mais aussi très engagée. Son message à l’endroit de son amie est ceci: « Lucie, tu es une femme merveilleuse et pleine d’humour, je souhaite continuer de te voir de plus en plus souriante et plein de bonheur ».

Lala Kaboré /Dera

dans Santé

Santé sexuelle et reproductive : « Le silence tue », une campagne pour sauver les jeunes et les adolescents

Après la campagne de communication dénommée « Un million de voix pour la planification familiale

et la santé sexuelle et reproductive », l’ONG américaine et ses partenaires burkinabé ont  lancé une autre campagne mass media baptisée « Le silence  tue », le 26 février 2017.

 

L’objectif de cette campagne de communication de masse est de contribuer à l’augmentation d’une opinion favorable à l’accès des jeunes et des adolescents aux services de santé sexuelle et reproductive.

Selon les organisateurs, le lancement de cette campagne de communication de masse en pleine semaine du FESPACO n’est pas le fait du hasard. Ils entendent profiter de la tribune qu’offre le FESPACO pour sensibiliser l’opinion nationale en vue de favoriser l’accès des jeunes et des adolescents aux services de santé sexuelle et reproductive.

Toutefois, a affirmé Boureihiman Ouédraogo ,directeur exécutif de l’Association burkinabè pour le bien-être familial (ABBEF), porte-parole des OSC partenaires, cette campagne va au-delà du FESPACO et couvrira la période de mars 2017 à mars 2018. « Nous voulons, tout au long de cette campagne, assurer notre rôle de veille et d’interpellation sur les enjeux liés à la santé sexuelle et de la reproduction des adolescents et des jeunes », a confié M. Ouédraogo.

 

Le silence et l’inaction menacent la vie de millions de jeunes et adolescents

Il s’agira, pendant toute une année, de diffuser des messages de sensibilisation et d’interpellation dans les salles de cinéma et à la télévision. Entre autres activités phares figurent la réalisation d’émissions radiophoniques, la distribution de dépliants avec des messages sur la santé sexuelle et de la reproduction des adolescents et des jeunes, la sensibilisation sur les réseaux sociaux et les causeries-débats.

« Pour ne plus que le silence et l’inaction continuent de tuer, nous avons besoin de vous, médias, pour amplifier notre message, a-t-il déclaré à l’endroit des journalistes.

Selon l’analyse qui découle du Plan stratégique de santé des adolescents et jeunes 2016-2020, il existe encore beaucoup d’insuffisances en matière de promotion de la santé sexuelle des jeunes. Il s’agit notamment de l’insuffisance de soins et services de santé orientés vers les jeunes et les adolescents, l’insuffisance de l’éducation sur la santé sexuelle et reproductive à la maison et à l’école.

Par ailleurs, les cas de grossesses précoces sont toujours légion en milieux scolaire et extra-scolaire, avec souvent comme conséquences désastreuses les avortements clandestins et les abandons scolaires. L’Enquête démographique et de santé de 2010 a révélé que 54,5% des adolescents non mariés et sexuellement actifs, âgés de 15 à 19 ans, n’utilisent pas de méthode de contraception.

Conduite par sept organisations de la société civile que sont l’ABBEF, l’AJC/PD, l’APAC, l’AFJ/BF, le RAJS/BF, SOS/JD, l’URCB/SD, cette campagne est soutenue par l’ONG américainePlanned Parenthood Global (PP Global).

 

Avec l’avènement d’un Républicain à la tête des Etats-Unis d’Amérique, les journalistes ont voulu savoir si le financement des activités en faveur de la santé sexuelle ne va prendre un coup. Face à cette préoccupation, la vice-présidente de Planned Parenthood Global, Latanya Frett, s’est voulue rassurante : « Nous allons continuer le travail avec nos partenaires, quelles que soient les difficultés. Néanmoins, nous allons interpeller les autorités américaines pour que des financements aillent à l’endroit des adolescents », a-t-elle dit.

Pour Latanya Frett, l’on ne saurait promouvoir le développement durable sans investir dans les êtres humains. Il s’agit, selon elle, d’aider les jeunes leaders à devenir des champions en matière de SSR/PF.

                                                                                                                

                                                                                                               Issa KARAMBIRI

                                                                                                                                                       

dans Actualité

FESPACO 2017 : Alpha Blondy « a gâté Ouaga »

La cérémonie d’ouverture officielle du FESPACO 2017 n’a pas connu uniquement que de beaux discours de la part des officiels. Elle a été marquée également par des prestations d’artistes.  Parmi lesquels,   la star du reggae Alpha Blondy qui a offert un concert digne de ce nom aux spectateurs présents dans la cuvette du stade municipal de Ouagadougou.

L’ouverture officielle de la 25ème édition du Fespaco marquant le début effective des activités de la biennale du cinéma africain a été simplement  riche en musiques et en danses.

Annoncé en grande pompe, Alpha Blondy, nonobstant son âge avancé, accompagné de toute son équipe (le solar système) a tenu en haleine le public Ouagalais dans une ambiance festive, durant environ deux heures d’horloge. Avec sa  très belle voix accompagnée de celle de ses choristes, « Jagger » a « gâté Ouaga » comme l’avait averti le ministre Ivoirien en charge dela Culture, Maurice Bandama au cours de son allocution. « Avec Jagger, Ouaga sera gâté ce soir », avait-t-il prévenu.

Lors de sa conférence de presse à son arrivée dans la capitale burkinabè, Alpha Blondy avait dit qu’il chanterait Norbert Zongo et Thomas Sankara. L’artiste a tenu sa parole en chantant effectivement ces morceaux qui dérangent une certaine élite.

En Scandant Norbert Zongo ou Thomas Sankaré, rapidement tout le stade s’est mis en branle. Comme un seul, les spectateurs ont répété en chœur lesdites chansons avec des cris de joie.

Un autre temps fort qui marqué l’ouverture de la fête du cinéma africain, fut le défilé des chevaliers comme retracer l’histoire de Yennega.

                                                                                                                     

                                                                                                          Issa KARAMBIRI

dans Recettes

Recette de niébé à la viande

Au lendemain de la clôture de l’année internationale des légumineuses ou la FAO a recommandé la volarisation des espèces végétales dont le niébé. Nous  vous proposons cette recette  très nourrissante. 

 

Pour 4 personnes

Durée : 1h + 1h pour la cuisson des haricots

Difficulté : facile

Coût : pas cher

Ingrédients:

200g de niébé (haricots), 500 g de viande de bœuf, 3 oignons, 12cl d’huile, piment en poudre, vinaigre, 1 bouillon cube, sel, poivre, 2 gousses d’ail, 70g de tomate concentrée

Préparation :

Commencer par faire cuire les haricots dans de l’eau bouillante jusqu’à ce qu’ils soient tendres. Compter en moyenne 1h.

Couper la viande en morceaux. Mettre dans une marmite. Ajouter un verre d’eau. Laisser cuire 10 min. Récupérer le bouillon et réserver. 

Ajouter de l’huile et laisser dorer  la viande pendant 8 min. Ajouter les oignons finement hachés. Laisser dorer environ 5 min en remuant de temps en temps. Diluer la tomate concentrée avec un demi-verre d’eau. Bien remuer. Ajouter à la viande en cuisson. Laisser cuire 5 min en remuant de temps en temps afin que ça ne colle pas.

Ajouter 1 verre d’eau, l’ail mixé, une cuillère à soupe de vinaigre, le bouillon cube, une pincée de sel et de piment, une cuillère à café de poivre. Ajouter le niébé et le bouillon qui a été réservé.
Bien remuer. Laisser cuire 15 min.

Service: 

Déguster avec du pain.

Bon appétit!

dans Beauté

Le retour des cheveux afro

Depuis quelques années, le nombre des femmes qui ont décidé de ne plus se défriser les cheveux ne cesse de croître. Pour elles, avoir une belle chevelure, c’est avoir des cheveux sains et non pas des cheveux artificiellement raides, comme elles l’ont cru pendant longtemps.

 

 

 

La tendance est donc le retour au naturel avec les coupes afro ou encore le nappy hair, contraction du « natural » et de « happy. Si vous hésitez encore à vous laisser entrainer par cette tendance, voici une sélection de coupes  inspirée des stars qui devrait vous convaincre…

 

 

 

 

 

 

La coupe courte de l ‘actrice Lupita Nyong’o assortie d’ une couronne tressée

La coupe afro (perrruque ou crochet) d’Inna Modja

Afro en chignon relaché de Adrienne Moore

La coupe afro tressée à l’avant de Uzo Aduba

Les cheveux ramenés au sommet du crâne d’Adrienne C. Moore

Le chignon tressé  et relevé de Danielle Brooks

Maintenant vous avez le choix entre plusieurs coupes. Laissez-vous aller. Cela ne vous fera que du Bien!

Source image: Marie claire

dans Nutrition

Les fraises : ces fruits aux atouts étonnants

Très appréciée pour son goût délicieux, la fraise est aussi un bon allié pour la santé. Il serait donc bien dommage de se priver de ce petit fruit rouge délicieusement parfumé, qui   inonde actuellement les étalages. Découvrons ensemble les raisons.

 

Elles renforcent le système immunitaire

Les fraises, riche en vitamine C, contribuent à améliorer notre immunité. En effet, chaque portion de fraises nous apporte 67 mg de vitamine C, qui correspond à plus de la moitié de nos besoins quotidiens.

Elles aident à combattre le cancer

La teneur en vitamine C et en acide ellagique de la fraise aide l’organisme à prévenir le cancer. La vitamine C stimule le système immunitaire, qui reste la meilleure défense de l’organisme. L’acide ellagique, quant à elle, freinerait la croissance des cellules cancéreuses.

 Elles favorisent la santé   des yeux

Source importante d’antioxydants, la fraise permet de lutter contre la formation de la cataracte, une opacité progressive du cristallin de l’œil, qui peut entraîner un aveuglement partiel ou total avec l’âge. La vitamine C contenue dans la fraise protège également les yeux contre l’exposition aux radicaux libres.

 Elles agissent contre le vieillissement cellulaire

La consommation des fraises favorisent la lutte contre le vieillissement de la peau. La vitamine C est essentielle à la formation du collagène. Les fraises favorisent ainsi une peau plus saine, plus jeune et embellissent le teint. 

Elles favorisent la santé prénatale

La fraise est une bonne source de vitamine B recommandée aux femmes enceintes ou qui souhaitent le devenir. Durant les premiers stades de la grossesse, elle participe au développement du fœtus. Enfin, l’acide folique qu’elle regorge aide à prévenir certaines malformations congénitales.

AILLEURS SUR LE WEB


Fermé