’Paas Neeré ‘’, Pour donner de l’espoir aux jeunes en situations de handicap

889

Ils ont chacun une histoire de vie différente. Ces jeunes en situations de handicap, soutenus par l’association Paas Neere à Ziniaré, aspirent eux aussi à une vie épanouie. Récits de vie du quotidien de ces jeunes défavorisés.


Saidou Ouédraogo est un jeune homme de 28 ans. La tête baissée comme s’il fuyait notre regard, Saïdou nous relate son histoire. Lorsqu’il se remémore ces évènements tragiques qui l’ont conduit dans cet état, des larmes s’échappent de ses yeux. Victime d’un accident de circulation, Saïdou perd l’usage de ses jambes. Évacué au CHU-Yalgado Ouédraogo à Ouagadougou, sa colonne vertébrale est atteinte.

Une intervention chirurgicale doit se faire urgemment. Mais, suite aux contraintes financières, Saïdou est ramené au village chez un tradipraticien. Déplacé alors que son état aurait nécessité l’immobilité, le bas ventre de Saïdou est gravement blessé. Chagriné, cet orphelin de père perd goût à la vie. En 2016, un regain d’espoir germe en Saïdou lorsqu’il fait la connaissance d’Esther responsable du centre Paas Neere, qui se saisit du dossier et l’oriente vers de nouveaux médecins. Malgré les examens et les séances de rééducation, Saïdou restera handicapé. « Trop tard pour l’opération qui aurait dû avoir lieu tout de suite après l’accident. Il n’y a plus de possibilité d’opération ni du côté de la Suisse ni ici au Burkina Faso », affirme Esther Boschung.

Précédemment chauffeur de véhicules poids lourds, ce jeune garçon nourrissait de grandes ambitions pour sa vie future : se marier, rendre heureuse sa mère etc. Mais, tout bascule en une nuit et Saïdou, l’infortuné regarde avec impuissance ses rêves se dissiper. « Une année après son arrivée au centre, son état s’est beaucoup amélioré. Malheureusement, Saïdou ne pourra plus progresser parce qu’il est tétraplégique », déplore Esther.

Si pour Saïdou, certains rêves se sont envolés à la fleur de l’âge, la petite Mouniratou, quant à elle, est handicapée depuis l’âge de 4 ans. Sa jambe droite est amputée à cause d’une plaie inguérissable. « On m’a dit que j’avais une plaie qui refusait de guérir en dépit des soins et la solution était de couper ma jambe », se désole l’enfant. Depuis lors, Mouniratou porte une prothèse offerte par l’Association Paas Neeré. Ayant fait la maternelle au centre, Mouniratou y est maintenant en classe de CM1. Son intégration à l’école ne s’est pas faite sans difficultés à cause de ce handicap. Fort heureusement, la petite s’est progressivement adaptée à cet environnement scolaire et est consciente qu’elle doit réussir à l’école bien que défavorisée par rapport aux autres.

A l’image de ces deux jeunes, ce sont au total 65 jeunes handicapés qui bénéficient de l’encadrement offert par le centre. « L’association Paas Neere a pour objectif d’ajouter du meilleur auprès des personnes handicapées, jeunes handicapés ou adultes handicapés » selon sa directrice. Elle offre également la possibilité aux enfants venant de villages environnants de poursuivre l’école à Ziniaré avec une prise en charge entière (scolarité, soins, moyens de locomotion, etc.). Un foyer est également mis à leur disposition depuis 2010. Sa directrice, Esther Boschung n’entend pas s’arrêter en si bon chemin. Son vœu le plus cher est de voir ces enfants prendre de nouveau goût à la vie et s’épanouir.

L’espoir fait vivre les pensionnaires de ce centre

Assétou Maïga

https://queenmafa.net/wp-content/uploads/2018/04/Bannie%CC%80re-QUEEN_1000x150px.jpg

Laissez votre commentaire ici !