Organisation Internationale de la Francophonie : Ouagadougou bat campagne pour Michaelle JEAN

130

L’organisation Internationale de la Francophonie (OIF) en collaboration avec le ministère de la Culture et du Tourisme ont animé un point de presse ce lundi 23 Avril 2018 à Ouagadougou. « Les actions de l’OIF en matière de langue française, diversité culturelle et linguistique : cas du programme des centres de lecture et d’animation culturelle (CLAC).

Dès l’entame de la conférence, une convention a été signée entre l’OIF et le ministère en charge de la Culture. Selon Issa Bongo de l’OIF, Coordonnateur régional du programme CLAC, cette convention a pour objectif de promouvoir la lecture publique. C’est à dire de promouvoir le livre, le rendre plus accessible au plus grand nombre de citoyens en le mettant à leur portée intellectuelle, matérielle et financière.

Présente dans 84 pays dont le Burkina Faso, l’OIF a mené des actions majeures dans notre pays. Entre autres, en 2017,  dans le cadre du renforcement des capacités opérationnelles des réseaux en ce qui concerne le programme CLAC, le Togo, le Burkina, le Niger et la Guinée ont reçu d’importantes dotations en biens culturels d’une valeur de 500 millions FCFA constitués de livres, de jeux et jouets éducatifs, d’équipements audio-visuels, des tablettes numériques et ordinateurs connectés à des bases de données encyclopédiques.

Aussi, les réseaux CLAC de l’Afrique de l’ouest bénéficient de subventions évaluées à plus de 60 millions de FCFA, d’un appui matériel et technique pour le soutien à l’animation et au fonctionnement. Au titre de l’année 2017, l’OIF a accordé aux 14 réseaux CLAC de l’Afrique de l’Ouest des subventions de près de 25 millions de FCFA.

Quelles sont vos attentes à l’issue de cette conférence ? Présent à cette cérémonie, Eric Adja, Directeur du Bureau Régional pour l’Afrique de l’Ouest a déclaré qu’il serait intéressant qu’à l’issue de cette conférence, les populations se soient imprégnées davantage de la Francophonie, qui est un héritage linguistique colonial dont on ne saurait se passer,  de ses différentes missions, de son rôle, de son identité et surtout la vision de Michaelle JEAN, Secrétaire Générale de la Francophonie.

Sa vision en question se résume à la Francophonie économique avec l’entrepreneuriat des jeunes et des femmes à travers la création et le renforcement des incubateurs, du climat entrepreunarial et les échanges entre entrepreneurs.
L’autre attente, c’est que Michaelle JEAN, canadienne d’origine haïtienne mérite d’être soutenue.

Cette conférence de presse à servi de tribune pour jeter les bases d’une précampagne et de préparer le terrain. « Nous ne sommes pas en campagne déguisée, mais en campagne réelle. Ce genre de programme a été possible grâce à quelqu’un. Si cette personne a été reconduite et réélue,  On peut encore le faire. ET c’est notre sœur Michaelle JEAN », à laissé entendre Éric Adja, Directeur du Bureau Régional.

En effet, Michaelle JEAN est à la tête de la Francophonie en qualité de Secrétaire Générale depuis le Sommet de Dakar en Novembre 2014.  « Première femme noire Gouverneure générale du Canada, femme admirable, Amazone de son siècle, modèle pour de nombreux jeunes du monde entier, elle est sortie de l’anonymat grâce à son travail exceptionnel, son abnégation et son caractère et mérite un deuxième mandat », a souligné  l’Ambassadeur Filippe Savadogo, Ancien Représentant permanent de l’OIF auprès des Nations-Unies à New-York.

À quelques mois du prochain sommet d’Octobre 2018 à Erevan en Arménie, ils en appellent tous à un soutien généralisé pour la prochaine candidature de Michaelle JEAN.

                                                                                                          Françoise TOUGRY (Stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here