Neymar accusé d’un viol à Paris : le footballeur risque-t-il une peine de prison au Brésil ?

198

Ce vendredi 31 mai, une Brésilienne a déposé plainte contre Neymar pour un viol supposé commis deux semaines plus tôt à Paris. L’affaire pourrait être jugée au Brésil, à la seule condition que le ministère public fédéral se saisisse du dossier.

La plainte contre Neymar va-t-elle être instruite en France ou au Brésil ? Le joueur du PSG est accusé par une jeune brésilienne de l’avoir violée le 15 mai dernier à Paris, mais la victime présumée a déposé plainte au Brésil. Comme souligné par Le Parisien, l’affaire pourrait être instruite au Brésil, à la seule condition que le ministère public fédéral, équivalent du parquet en France, choisisse de se saisir du dossier. Dans le cas contraire, l’affaire sera seulement jugée en France.

Pour que le parquet brésilien accepte de se saisir du dossier, les dépositions faites par la plaignante doivent être jugées suffisamment recevables. Pour l’heure, la jeune femme a affirmé que le joueur lui avait offert un billet d’avion pour Paris après avoir sympathisé sur Instagram. Arrivée à son hôtel aux alentours de 20 heures, la Brésilienne aurait bu quelques verres avec la star du PSG. Sous l’emprise de l’alcool, le joueur se serait alors montré agressif, et aurait contraint la jeune femme à une relation sexuelle non consentie.

Jusqu’à trente ans de prison au Brésil

Au Brésil, le viol peut être puni de six à huit ans de prison en l’absence de circonstances aggravantes ; de huit à douze ans si le viol a été commis sur une victime âgée entre 14 ou 18 ans, ou s’il a occasionné de graves lésions corporelles sur la victime ; et de douze à trente ans si la victime est décédée des suites du viol.

Neymar se rend coupable d’un autre crime

Comme souligné par Le Parisien, Neymar pourrait être également poursuivi, au Brésil ou en France, en raison de la divulgation de photos intimes de son accusatrice. Celles-ci ont été publiées sur le compte Instagram du joueur ce samedi 1er juin, en réponse aux accusations de la jeune femme. Au Brésil, la divulgation de photos relevant de l’intime sans le consentement de l’intéressé(e) constitue un crime, passible de un à cinq ans d’emprisonnement.

Source: Closermag.fr

Laissez votre commentaire ici !