« Le MPP fera moins peur aux gens », Abdoul Karim Sango

574

Décédé le 19 août dernier, Salif Diallo était l’une des personnes les plus redoutables dans la sphère politique burkinabè. Son départ suscite des interrogations sur la vie politique en général et  sur l’avenir  de son parti le MPP en particulier.  Abdoul Karim Sango, juriste et enseignant à l’ENAM donne son analyse.

 

Une nouvelle configuration politique après Salif Diallo

La vie politique va se libérer davantage, il y aura encore beaucoup plus d’acteurs émergents parce que beaucoup de gens le redoutait, il y a des cadres compétents qui avaient des ambitions mais qui ne voulaient peut-être pas aller au pouvoir mais à cause de Salif, ces derniers avaient peur d’afficher leurs opinions.

Le MPP va faire moins peur aux gens. Les forces politiques vont s’équilibrer davantage.

Dans un tel environnement on pourrait aller dans la confrontation. En politique les gens choisissent de vous aimer, mais ils ne choisissent pas de vous craindre, ils vous craignent   parce qu’ils ont peur de vous. Ils vous aiment ou ils ne vous aiment pas demain.

Mais ce qu’il faut craindre aussi, c’est que dans une situation où personne ne craint personne, il faut faire attention car ça peut aller dans tous les sens.

Une opportunité de reconstruction pour le CDP

 

Les acteurs politiques devront davantage être beaucoup plus responsables sinon ils vont faire couler le navire burkinabè.

Quant au CDP, il va mieux se solidifier parce qu’avec la présence de Salif, ils avaient peur. Des partis comme l’ADF vont mieux se reconstituer aussi. La NAFA également selon l’issue du procès de Djibril Bassolet pourrait rebondir. Même le PAREN a encore   une chance de se réorganiser.

L’argent dans la politique

N’oublions pas que Salif avait une capacité incroyable de distribution de l’argent. L’argent va devenir un facteur moins déterminant dans les positionnements et les choix politiques. Ce qui en soit est une bonne chose. Les burkinabé pourraient être beaucoup plus aptes à suivre les idées. Donc, avec cette disparition, il y a à la fois des opportunités mais aussi des défis ».

Laissez votre commentaire ici !