Révision du code électoral : « un recul démocratique », selon l’opposition politique

84

Hier à l’hémicycle, l’opposition politique a adopté la « politique de la chaise vide » en refusant de prendre part au vote de modification du code électoral. Ce  31 juillet, elle a rencontré la presse nationale pour justifier son attitude.

« Par devoir de recevabilité envers notre peuple, nous nous présentons devant vous pour expliquer les raisons  de notre refus de donner notre quitus à l’assemblée nationale au tripatouillage du code électoral qui exclut  un bon nombre de burkinabè de la diaspora du jeu électoral », a déclaré le député François Baycé Zilma du groupe parlementaire justice paix et réconciliation (PJRN).

Il a indiqué que c’est après avoir constaté le refus de la majorité parlementaire de prendre en compte leurs différentes observations que les groupes parlementaires de l’opposition de l’Union pour le Progrès et le Changement (UPC), du Congrès pour le Progrès et la Démocratie et le progrès (CDP) et du groupe parlementaire paix justice et réconciliation nationale (PJRN) ont pris la décision de ne pas assister au vote de la dite loi.

Aux dires des députés de l’opposition, la décision de se retirer de ce vote pour se soustraire de « ce recul démocratique », est survenue, après avoir exposé et défendu leur position au cours d’un débat général. Selon les conférenciers, cette loi divise la classe politique sur trois points.

Par ailleurs, selon l’Opposition parlementaire, en apposant la fiabilité de la carte consulaire, « on expose nos compatriotes vivants à l’extérieur à des difficultés ». Ces députés restent convaincus qu’à travers la non prise en compte de la Carte consulaire comme document de votation, « ce sont des milliers de Burkinabè qui seront exclus des scrutins à venir ».

À les écouter, le projet du code électoral modifié le 30 juillet 2018 exige comme document de vote la CNIB et le passeport burkinabè et exclut la carte consulaire. Comme arguments, le député Baycé s’en tient aux propos de l’ambassadeur du Burkina Faso en Côte d’Ivoire, Mahamadou Zongo qui a affirmé que la carte consulaire est biométrique et s sécurisée. Il est mentionné au verso de la carte consulaire qu’elle tient lieu de CNIB.

Sur le déroulement des échéances  électorales dans les ambassades et des consulats, l’opposition s’est dit inquiète du potentiel du corps électoral dans certains pays, et conclut que ces lieux de vote sont dans l’incapacité de recevoir les votants dans leur enceinte.

« L’autre analyse que nous inspire ce projet de loi, c’est l’institutionnalisation de la logique d’exclusion, instaurée par Chérif Sy. Par les effets de ce projet de loi, ce sont des milliers de burkinabè qui seront exclus des scrutins à venir alors que le gouvernement répète à longueur de discours, l’importance que l’on attache à la participation de nos compatriotes de l’extérieur, à la vie de la nation », a déploré le député Baycé.

Le chef de file de l’opposition Zéphirin Diabré a souligné que depuis leur rencontre de travaux entre gouvernement et son institut, il n’y a jamais eu de consensus. « Concernant les documents pour le code nous avons mentionné les trois documents qui figurent dans le code électoral à savoir la carte nationale burkinabè, la carte consulaire ensuite le gouvernement à ajouter le passeport », a-t-il déclaré.

Et de poursuivre qu’à travers le nouveau système d’enrôlement, le gouvernement entend supprimer la carte d’électeur. Sur la question de leur stratégie, les partis politiques de l’opposition ont informé qu’ils disposent d’une stratégie de lutte autre que la conférence de presse. Cependant, ils ne sont pas à mesure de la divulguer pour l’instant. « Vous allez constater ce que nous allons faire par la suite », ont –ils lancé.

                                                                                                                                                         Achille ZIGANI

                                                                                                                                                                  (Stagiaire)

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here