Mise en œuvre du PNDES: les ambassadeurs et consuls généraux s’engagent à jouer leur partition

0
80
Joséphine Ouédraogo
*****

La XIVe conférence des Ambassadeurs et Consuls généraux du Burkina Faso s’est tenue du 4 au 6 juillet 2018 à Ouagadougou sous le thème « Défis du Plan national de développement économique et social (PNDES) et enjeux sécuritaires : quelle contribution de la diplomatie burkinabè ?

La XIVe conférence des Ambassadeurs et Consuls généraux du Burkina Faso  cadre de rencontre, d’information, d’échanges et de partage est intervenue après un ‘’black-out’’ de quatre ans. Pour le doyen des Ambassadeurs et Consuls du Burkina Faso en poste à Paris, Alain Francis Gustave Ilboudo, cette une occasion pour eux de s’imprégner des grandes orientations politiques et aussi recevoir des conseils et instructions qui éclaireront au quotidien leurs actions sur le terrain.  » C’est un moment de partage, de mise à jour et se redonner de l’élan afin de mieux accomplir notre mission « . Avec la mise en œuvre du nouveau référentiel de développement, le PNDES, il a rappelé leur responsabilité qui est de promouvoir les différents programmes de ce Plan afin de mobiliser le maximum d’investisseurs pour qu’ils l’accompagnent.

Une vue des ambassadeurs et consuls généraux

Pour la consule générale du Burkina Faso à Niamey, Léontine Marie Kaboré/Tiemtoré en poste depuis 2013, en plus de travailler pour le rayonnement du Burkina Faso, elle œuvre et espère voir le consulat dont elle a la charge, se transformée en ambassade pour le bonheur du plus du million de burkinabé au Niger.

En Italie, l’ambassadrice du Burkina Faso, Joséphine Ouédraogo/Guissou pense qu’il y a beaucoup d’engouement pour le Burkina Faso surtout depuis l’insurrection populaire de 2014. Et ce qu’ils apprécient, à son avis, c’est le rétablissement de la démocratie à travers les élections libres et transparentes et le principe de l’alternance qui est acquis. « Le Burkina Faso est bien apprécié et les hommes d’affaires, les entrepreneurs, les ONG,…sont aujourd’hui intéressés à découvrir davantage le Burkina Faso », dit-elle. Et la preuve, annonce-t-elle, est l’ouverture d’une ambassade de l’Italie au Burkina Faso qui devrait approfondir les relations.

La consule générale, Léontine Marie Kaboré/Tiemtoré dit jouer son rôle de diplomate

A ces assises, le ministre des affaires étrangères et de la coopération, Alpha Barry a noté des avancées significatives au niveau de la diplomatie Burkinabè avec notamment le réchauffement des relations avec la Côte d’Ivoire après l’affaire Guillaume Soro, l’ouverture ou la réouverture de nouvelles ambassades en Tunisie, Italie, Inde, et Pays-Bas. De même, pour la seule année 2017, M. Barry cite la tenue de six commissions mixtes de coopération, la signature de 43 accords de coopération. » Notre pays a reçu la visite de grands dirigeants du monde et de la région : Emmanuel Macron pour sa première visite officielle en Afrique, l’Emir du Qatar, le Prince de de Monaco, le secrétaire général des Nations Unies, Le président de la Commission de l’Union africaine, la Princesse du Danemark, le premier minier français Manuel Valls,… », a cité entre autres Alpha Barry. Il n’a par ailleurs pas oublier de mentionner que pour la deuxième fois, le Burkina Faso a décroché le MCC en 2016, alors que ce n’est pas donné à n’importe quel pays d’être éligible plus d’une fois.

Le rayonnement de la diplomatie burkinabè à l’échelle internationale est porté par 43 Ambassadeurs et 13 Consuls généraux dont 10 femmes.

TIK


 

L’ambassadrice du Burkina Faso en Italie, Joséphine Ouédraogo/Guissou

« Il y a  beaucoup d’engouement pour le Burkina Faso surtout depuis l’insurrection populaire de 2014. Ils apprécient le fait que nous avons rétabli une démocratie à travers les élections libres et transparentes avec un gouvernement qui en découle. Le fait qu’ils savent que maintenant le principe de l’alternance est acquis et ils considèrent que c’est un pays qui ne disposent pas de beaucoup de ressources mais compte de bonnes volontés qui disposent d’ouvertures pour pouvoir tirer profit de l’expérience des autres pays. En Italie, en tout cas, le e Burkina Faso est bien apprécié et les hommes d’affaires, les entrepreneurs, les ONG,…sont aujourd’hui intéressés à découvrir davantage le Burkina Faso. Le gouvernement Italien a décidé d’ouvrir une ambassade ici, ce qui démontre clairement que nos relations devraient s’approfondir ».

Publicités

Laissez votre commentaire ici !