Méningites bactériennes : 933 cas déjà détectés pour 2019

244

Le ministère de la santé a initié une rencontre d’échanges et d’information  relative aux directives de lutte contre les méningites bactériennes au Burkina Faso au profit des hommes et femmes de médias. Une trentaine de journalistes  ont bénéficié de ce jeudi 21 mars 2019 à Ouagadougou.

Du 1er Janvier 2019 au 14 mars 2019, environ 933 cas de méningite ont été détectés avec  55 décès et 5.5% de létalité constatés à travers le pays. Pour l’heure, les zones d’alerte sont Diapaga, Gaoua . Une information révélée au cours d’une formation avec les hommes et femmes de média.

Il est conseillé que lorsqu’un cas de la méningite est détecté, il faut urgemment vacciner toutes les personnes à risque. Ainsi donc, il est n’est pas nécessaire de s’éloigner des personnes déjà atteint nous confient les formateurs du jour.

Dr Yaméogo Issaka, chef de service de la surveillance Épidémiologique, a ajouté lors de sa présentation que la méningite se définie de plusieurs manière à savoir : pour les enfant de plus de 30mois  ou toute personne adulte avec apparition brutale d’une fièvre présentant des signes comme raideur de la nuque, trouble neurologique ou tout autre signe méninge. Pour les nourrissons une apparition brutale d’une fièvre avec des signes comme bombement de la fontanelle, plafonnement du regard, convulsion ou tout autre signe méningé sont des signes suspects. Tout cas suspect chez qui la ponction lombaire ramène un liquide céphalorachidien d’aspect macroscopique louche, trouble, purulent ou avec la présence de bactéries à l’examen microscopique  doit également alerter.

Après la détection il faut agir avec la phase pré-épidémique qui se traite de plusieurs manières en fonction du degré, ensuite la phase Post Épidémique. Le cas de traitement de méningite en situation d’épidermique s’effectue par étapes en fonction de l’âge de la malade.

Le  Dr Landaogo S. Lionel Ouédraogo, directeur de la protection de la santé de la population, après avoir présenté les études menées dans les différents zones du Burkina ,  a aussi ajouté que dans le cadre de la préparation de la saison épidermique de nombreux plans ont été adoptés. Il  s’agit entre autre de l’adoption du plan de préparation et de riposte à une éventuelle épidémie de méningite en conseil de ministres en sa séance du 12 décembre 2018, la supervision intégrée des agents sur la surveillance intégrée de la maladie et la riposte, les révisions des modules de formation des agents et la réalisation des investigations épidémiologiques et la riposte.

En cas de maladie de la méningite, la prise en charge est gratuite. La prise en charge précoce et correcte des cas, permet de limiter le nombre de cas, de réduire les séquelles et la létalité.

                                                                   Aminata GANSONRE

Laissez votre commentaire ici !