Bibata Diallo est une fille de 13 ans. Dans 12 jours exactement, elle devrait passer son certificat d’étude primaire. Mais elle n’aura pas la chance de décrocher ce premier diplôme qui ouvre la voix aux secondaires. Pour cause, la petite a été retirée de l’école par ses parents et conduite en côte d’Ivoire, après son mariage. Meurtri par cette situation, son maitre Souleymane Bologo, a décidé de briser le silence.

Bibata Diallo, 13 ans victime de mariage précoce

C’est à la suite d’un poste publié très tôt ce mercredi 29 mai 2019 sur sa page Facebook que nous avons appris le scandale. Le mariage d’enfant est bel et bien une réalité au Burkina Faso.  Et ce n’est pas Souleymane Bologo, enseignant à l’école Bolguin (CEB de Yako I), qui dira le contraire, lui qui a perdu le sommeil depuis qu’il a appris que sa meilleure élève, Bibata Diallo née le 31 décembre 2005 a été mariée il y a deux semaines et conduite chez son époux par sa Pogdba en Côte d’ivoire. « Je suis tourmenté par cette situation.  Si j’ai décidé de publier cette information, c’est parce que je n’arrivais plus à dormir tranquillement », nous a-t-il confié au téléphone.

Lire aussi aussi: Mariage forcé: « le Burkina Faso, le 5ème pays le plus touché au monde »

Bibata Diallo que son maitre appelait affectueusement la chef, parce qu’elle était la chef de classe, est une élève brillante et dynamique, selon Mr Bologo qui l’encadre depuis la classe de CE1. Elle a été première de sa classe au premier trimestre puis troisième, au deuxième trimestre.

Souleymane Bologo, Maitre de la petite Bibata

Souleymane Bologo qui a fait le point à son responsable hiérarchique espère que des actions seront entreprises pour ramener son élève en classe avant les examens.

« Si cette fille ne revient pas à l’école, nous serons tous responsables, puisque ces parents sont juste là, à côté, connus de l’école et des responsables, des autorités », s’est exprimée Cécile Thiombiano Yougbaré, secrétaire générale de l’Association des Femmes juristes, en réaction à la publication de Mr Bologo.

École Bolguin (CEB de Yako I)

Lire aussi: 273 cas de mariages d’enfants dans le Nord : récits de vie des victimes

Très touchés par cet énième cas de mariage d’enfant, plusieurs personnes continuent de réagir sur les réseaux sociaux, interpellant les ministres en charges de l’éducation nationale et de la promotion de la femme afin que des démarches soient entreprises afin de ramener la petite Bibata à l’école. D’aucuns n’hésitent pas à réclamer des sanctions pour dissuader les parents récalcitrants. A 13 ans sa place est à l’école, elle ne mérite surtout pas que l’on l’appelle « Madame ».

Michelle

1 COMMENTAIRE

Laissez votre commentaire ici !