Marche meeting du 29 septembre: les femmes de l’opposition sont prêtes pour le combat

444

Les femmes de L’opposition politique burkinabè ont tenu une conférence de presse ce 20 septembre. Il s’est agi de dénoncer au cours de cette rencontre avec les hommes de média,  les conditions de vie  dégradante de la femme et d’interpeller les autorités gouvernementales sur la situation nationale actuelle marquée notamment par l’insécurité grandissante.

Selon la présidente de l’Union nationale des femmes de l’Union pour le Progrès et le Changement, Jacqueline Konaté, après avoir passé 3 ans au pouvoir, « le MPP et ses alliés sans visions, sans idées » ont fait du Burkina Faso, un pays en pleine désillusion.

Car, a-t-elle-déclaré, les femmes sont déçues de la gouvernance actuelle après les sacrifices consentis à l’insurrection et des promesses électorales dont elles ont été abreuvées.

La président nationale de l’Union des femmes de l’UPC, Jacqueline Konaté (en rouge) entouré des femmes de l’opposition politique

L’un des constats amers qu’ont fait les femmes de l’opposition politique, c’est le fait que le Burkina Faso demeure dans un chômage rétroactif des jeunes, une misère de femmes, le retour de la corruption, la politisation de l’administration et la persistance des difficultés d’accès aux services de base.

« Le candidat Roch Kaboré promettait de doter chaque commune d’une ambulance, de transformer les centres hospitaliers régionaux en centres hospitaliers universitaires, et d’améliorer les plateaux techniques de ces hôpitaux », a-t-elle rappelé avant de lancer que tout ceci ne fut qu’un leurre.

À entendre les propos de la principale animatrice de la conférence de presse, le pouvoir en place tente de reverser la gratuité des produits sur le compte de l’assurance maladie universelle. « Un projet qui veut être conçu sans concertation avec les agents de santé », a regretté Jacqueline Konaté.

« Le calvaire de la femme burkinabè s’étend à l’accès à l’eau potable. La promesse du président Kaboré de garantir zéro corvée d’eau n’est qu’un rêve ce n’est que  les quelques réalisations de son gouvernement ne sont que les projets de l’ancien régime ou de la transition. Des femmes continuent de parcourir des kilomètres, à la recherche de l’or bleu qui se fait rare, surtout en saison sèche », a dénoncé  Jacqueline Konaté.

Les journalistes présents à la conférence de presse

C’est pourquoi, a-t- elle souligné, les femmes de l’opposition ont accueilli « favorablement » l’idée de la marche meeting des forces vives de la nation du 29 septembre, dans le but de protester contre la gouvernance chaotique de ce régime.

Véto sur la légalisation de l’avortement

Aussi, sur la supposé question de « légalisation » de l’avortement Pays des « hommes intègres », les femmes de l’opposition sont on ne peut plus clair sur cette affaire. Par la voix de Jacqueline Konaté, les femmes de l’opposition politique ont déclaré qu’elles rejettent en tant que mères porteuses de vie, toute tentative de légaliser l’avortement.

« Nous demandons au Président du Faso, de se pencher sur la question de l’avortement en vue de dissiper les doutes », a déclaré Jacqueline Konaté. En réitérant leur soutien à la maire de l’arrondissement3, Rainatou Ouédraogo qui traverse d’énormes difficultés dans la gestion des affaires de la mairie dont elle a la charge, Jacqueline Konaté a invité la population dudit arrondissement de continuer à la soutenir.

                                                                                                       Achille ZIGANI

                                                                                                              (Stagiaire)

https://queenmafa.net/wp-content/uploads/2018/04/Bannie%CC%80re-QUEEN_1000x150px.jpg

Laissez votre commentaire ici !