Travail des enfants: Le Burkina invité à rendre effective la loi sur l’obligation scolaire jusqu’à 16 ans

133
Le représentant des PTF

Le Burkina Faso a commémoré en différé ce jeudi 28 mai 2018, la journée mondiale contre le travail des enfants.  Une halte pour réfléchir à comment mettre fin définitivement aux pires formes de travail que subissent les enfants et protéger les droits des jeunes travailleurs.

Présence d’enfants sur les sites d’orpaillage, abandons scolaires, des enfants dans la rue, des petits commerçants de nuit comme de jour, voici, la réalité de la persistance du travail des mineures au Burkina.

Le Bureau international du travail a soumis à la réflexion du Burkina Faso cette année, le travail des jeunes  autour du thème « génération sécurité et santé ». Il s’agit selon le représentant du ministre en charge de la fonction publique, d’œuvrer à travers ce thème à éliminer le travail des enfants et améliorer la sécurité de la santé des jeunes travailleurs. « Selon les estimations du Bureau international du travail, 152 millions d’enfants de 5 à 17 ans sont astreints au travail dans le monde et 73 millions d’entre eux effectuent des travaux qui, par leur nature, ou les conditions dans lesquelles, ils s’exercent sont considérés comme dangereux », a-t-il relevé.

Ces enfants et jeunes travailleurs sont la plupart du temps, victimes d’accidents de travail. C’est pourquoi, le représentant des partenaires techniques et financiers, Raoul Koty, tout en félicitant le gouvernement pour les efforts déployés, l’a néanmoins invité à une application effective de la loi relative à l’obligation scolaire jusqu’à 16 ans et une responsabilisation renforcée des mairies dans l’inspection des sites d’orpaillage pour un suivi plus soutenu et le retrait systématique des enfants de ces sites.  « Nous devons être attentifs au sort de milliers d’enfants en activité dans le secteur informel et qui souffrent dans le silence des affres d’une surexploitation aux pires formes de travail », a-t-il recommandé.

Le représentant des PTF Raoul Koty,

La représentante des enfants, Safiata Baguian âgée de 17 ans, a salué également les actions menées par le gouvernement avant de souligner quelques insuffisances. « La plupart des enfants, qu’ils soient en formation ou employés dans les ateliers, ne disposent pas d’équipements de protection adéquats et encore moins de système de prise en charge en cas d’accidents ou de maladies », s’est-elle exprimée.

Pour une meilleure protection à leur endroit, les enfants ont soumis à l’endroit du ministre, un certain nombre de doléances. Au titre de celles-ci, on retient la formation des enfants sur la sécurité et la santé au travail, des appuis en équipements de protection pour les enfants, des actions de contrôle dans des centres de formation.

La directrice de la protection sociale, Stella Somé  a pour sa part souligné que les sensibilisations se poursuivent au niveau des familles et à l’endroit de tous les acteurs pour réduire significativement le phénomène du travail des enfants  et abolir définitivement l’exploitation de ces mineurs  d’ici à 2025.

 

Assétou MAIGA

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here