Lutte contre le cancer du col de l’utérus : le ministre de la santé réaffirme son engagement

188

A l’occasion de la journée mondiale de lutte contre le cancer commémoré ce 4 février 2021, le groupe de plaidoyer stop CCU a soumis ses préoccupations au ministre de la santé. Ce dernier a réaffirmé son engagement aux côtés de l’équipe dans la lutte contre le cancer du col de l’utérus.

L’intégration du vaccin contre le HPV dans le programme élargi de vaccination et sa disponibilité au profit des jeunes filles de 9 à 14 ans, c’est le cri de cœur du groupe de plaidoyer stop CCU (cancer du col de l’utérus) à l’endroit du ministre de la santé. Cette préoccupation du groupe de plaidoyer stop CCU est un rappel à l’endroit du ministre qui s’était déjà engagé dans la lutte contre le cancer.

Maïmounata Lingani, présidente de l’association des femmes artistes du Burkina et porte-parole du groupe de plaidoyer stop CCU

« Nous venons en ce jour solennel de la journée mondiale de lutte contre le cancer, en vue de vous rappeler les engagements des autorités burkinabè », a laissé entendre Maïmounata Lingani, présidente de l’association des femmes artistes du Burkina et porte-parole du groupe de plaidoyer stop CCU.

En ce 4 février où est commémoré la journée mondiale de lutte contre le cancer, le groupe de plaidoyer a également émis le souhait du respect des engagements financiers en vue de l’effectivité de la gratuité du dépistage et du traitement des lésions précancéreuses au Burkina Faso. Au nombre des préoccupations du groupe de plaidoyer figurent également la mise en place effective d’une entité spécifique de lutte contre le cancer et l’opérationnalisation du centre de radiothérapie.

Pour sa part, le ministre de la santé a réaffirmé son engagement aux côtés du groupe de plaidoyer CCU dans la lutte contre le cancer du col de l’utérus. « Soyez rassurer que je m’engagerai à vos côtés pour lutter contre le cancer et je ne ménagerai aucun effort pour relever les défis de concrétiser toutes les perspectives de mon département en la matière », a déclaré le Pr Charlemagne Ouédraogo.

Charlemagne Ouédraogo, le ministre de la santé tenant son engagement

Dans cette dynamique d’engagement, le ministre a annoncé la mise en fonction de l’unité de radio thérapeutique du siège de Bogodogo qui est entièrement achevé et dont les portes s’ouvriront dans moins de trois mois.

L’un des axes sur lesquels le ministre s’est engagé est la poursuite de la construction des centres de cancérologie de Ouagadougou et de Bobo-Dioulasso. « Des procédures financières ont été engagées pour la construction du centre de radiothérapie de Bobo-Dioulasso et il sera inauguré dans moins de 2 ans », a indiqué Charlemagne Ouédraogo, ministre de la santé.

S’agissant de l’intégration du vaccin, le ministre de la santé a mentionné que cet aspect est l’une des perspectives de son département en matière de lutte contre le cancer du col de l’utérus. « En termes de perspectives, nous avons pris en compte le passage à l’échelle de la vaccination contre le HPV comme vous l’avez demandé », a rassuré Charlemagne Ouédraogo.

Maïmounata Lingani remettant le message du groupe plaidoyer « stop CCU » au ministre Charlemagne Ouédraogo

L’innovation dans les actions de lutte contre le CCU à en croire le ministre, est la création du conseil national de lutte contre le cancer et de son secrétariat permanent. Une innovation qui selon lui sera bientôt effective.  « Très bientôt, vous aurez des informations y relatives en conseil des ministres », a laissé entendre le ministre de la santé.

L’intégration de la vaccination contre le HPV dans le programme élargi de vaccination est l’un des 4 axes du plaidoyer mené dans le cadre du projet CCU de Médecins du Monde France au Burkina et plus précisément dans le district sanitaire de Baskuy.

Marie Sorgho; Faridah Dicko

 

https://queenmafa.net/wp-content/uploads/2018/04/Bannie%CC%80re-QUEEN_1000x150px.jpg

Laissez votre commentaire ici !