Lutte contre le cancer du col de l’utérus : les TIC pour Vaincre la maladie

135

Lancé officiellement ce mardi 02 mai 2017, le projet «  be healthy, be mobile m-cancer du col de l’utérus » vient outiller le Burkina Faso dans sa lutte contre le cancer en se servant des TIC pour éradiquer la maladie.

 

Sika Kaboré a donné le top de départ des activités du projet, en présence des ministres de la santé et du développement de l’économie numérique et des postes.

 

Saisir les potentialités des technologies de l’information et de la communication(TIC) pour améliorer les conditions de vie des citoyens en général et de la femme en particulier, c’est l’objectif du projet be healthy, be mobile m-cancer du col de l’utérus. Cette initiative lancée depuis 2012 vise à combattre les maladies non transmissibles, notamment le col de l’utérus au moyen des applications mobiles.

 

Selon le ministre de la santé, le Pr Nicolas Meda, cette maladie « occupe le troisième rang en termes de morbidité et de mortalité après les pathologies infectieuses et cardiovasculaires ». En termes de chiffres, 34 femmes sur 100 mille souffrent de cancer en Afrique et 23 en meurt. Sa prise en charge est très coûteuse. 60% du budget de l’Etat a été attribué à la lutte contre le cancer en 2013. Le projet Be healthy, be mobile trouve donc sa raison d’être face à une telle réalité.

    C’ est quoi le projet be healthy, be mobile?

Il s’agit d’un mécanisme d’appropriation qui permet un accès facile des populations aux informations. A travers le téléphone, des milliers de personnes peuvent être touchées et informées sur le cancer du col de l’utérus. Envoyer par exemple des messages à temps réguliers à toutes les femmes pour leur rappeler le moment du dépistage, comme suivre et rendre compte de la prise en charge.

 

La première dame Sika Kaboré a  encouragé activement les femmes dans la tranche d’âge ciblée à se faire dépister. Le projet Be healthy, be mobile tel que décrit est un outil qui facilite les échanges entre les professionnels de la santé et la population cible. Une autre importance de cette innovation, c’est de rapprocher les populations des formations sanitaires.

 

A la suite de ce lancement, Sika Kaboré a fait savoir qu’une phase d’expérimentation pilote du projet va être entamée et dont l’évaluation qualitative et quantitative déterminera son extension au niveau national.

                                                                                                            Assétou W.Maiga

Laissez votre commentaire ici !