Les travailleurs de la CNSS dont le test de recrutement a été annulé en 2018 demandent leur réintégration conformément à la décision de justice

246

Recrutés en juin 2018 et engagés le 3 juillet de la même année par la Caisse nationale de sécurité sociale, ils sont au total 83 agents à être confrontés à l’annulation des résultats de leur test de recrutement le 30 août 2018. Ces agents ont tenu une conférence de presse le jeudi 9 mai 2019 pour décrier l’injustice sociale dont ils sont victimes et demander leur réintégration.

Jugeant illégale l’annulation des résultats du test de leur recrutement alors qu’ils avaient déjà pris service, les 83 agents interpellent la direction générale de la caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) afin qu’elle procède à leur réintégration. Après une action intentée en justice, le titre exécutoire du 19 décembre 2018 a été notifié à la CNSS en janvier 2019 faisant mention de la réintégration des agents en attendant toutes autres décisions judiciaires. Mais, indique Aboubakari Siri, porte-parole des 83 concernés, la direction générale de la CNSS est restée muette face à la notification du titre exécutoire ainsi qu’aux différentes initiatives visant à donner plein effet aux décisions de justice.

 Au cours de leur conférence de presse, les 83 agents ont déploré l’attitude de l’administration de la CNSS qui selon eux, semble à travers cette posture, se placer au-dessus de la loi. Par conséquent, ils décrient l’injustice sociale dont ils sont victimes et interpellent la direction générale de la CNSS afin qu’elle respecte et fasse honneur à l’autorité de la justice.

Le Haut conseil pour la réconciliation et l’unité nationale de même que le médiateur du Faso ont été saisi mais l’affaire est restée sans suite, a indiqué Aboubakari Siri. Nous sommes donc déterminés à lutter pour être rétablis dans nos droits, conclut-il.

Les 83 agents en attentes de leur réintégration à la CNSS prévoient d’autres actions dans les jours à venir pour que leur réintégration soit effective selon la décision de justice.

Laissez votre commentaire ici !