« Les beaux draps », le premier né du réalisateur Elifal Balora

71

Un nouveau film a fait son apparition dans l’univers cinématographique du Burkina Faso. Intitulé « les beaux draps », ce film est la toute première œuvre du réalisateur Elifal Aweoutiogui Balora. Placée sous le parrainage du ministre en charge de la famille, la première projection a eu lieu ce lundi 20 juillet 2020 au Ciné Nerwaya.  

« Les Beaux draps », c’est l’histoire d’un jeune garçon prénommé Landry qui, après la mort de son père et l’abandon de sa mère, va subir des violences de la part du reste des membres de sa famille.  Désorienté, ce jeune garçon décide de quitter le village pour la ville où il va côtoyer des gangs et se retrouver dans la rue.

Le calvaire de Landry n’a pris fin que lorsqu’il a retrouvé sa mère. Dans ce même film, une jeune fille Djeneba est victime de mariage forcé après son échec à l’examen du certificat d’études primaire (CEP).

Cette décision subite de la donner en mariage ne lui plaisait guère mais après la pression des parents, Djenaba finit par se marier malgré son jeune âge. Fatiguée de cette situation, la jeune fille décide de prendre son destin en main en optant pour une décision qui va changer sa vie.

A travers ce long métrage qui traite des violences faites aux enfants, le réalisateur entend tirer la sonnette d’alarme sur ce phénomène afin de mettre fin à cette pratique. « Mon souhait est que ce film puisse participer au changement de comportements vis à vis des violences faites aux enfants », a confié Elifal Aweoutiogui Balora.

D’un coût global de 9 millions de francs CFA, le film aborde plusieurs thématiques dont la vie des enfants en situation de rue, le harcèlement sexuel, l’abandon des enfants, le lévirat, la maltraitance des enfants. Cette œuvre est pour le réalisateur un moyen de présenter certains faits de société.  « J’ai utilisé le genre fiction pour traduire une réalité que tout le monde connait », a laissé entendre Aweoutiogui Balora.

Karim Sina, chargé de mission et représentant du ministre a salué cette initiative qui à son sens est un film inspiré de la réalité et évoque plusieurs thématiques qui intéresse son département.

De son point de vue, ce film va contribuer à la sensibilisation des populations sur le phénomène des femmes et filles victimes de violence.

Les séances de projections du film «  les beaux draps » se poursuivent jusqu’au 26 juillet 2020 au ciné Nerwaya.

Marie Sorgho

 

Laissez votre commentaire ici !