Leila Alaoui, une célèbre photographe tombée sous les balles assassines des terroristes

141
*****

Entre la vie et la mort depuis le vendredi 15 janvier, lors de l’attaque meurtrière des Djihadiste à Ouagadougou, la célèbre photographe marocaine Leila Alaoui a finalement succombé à ses blessures. Selon les témoignages de sa mère au journal Le360, celle qui est désormais la trentième victime de l’attaque de Ouagadougou était en train de dîner tranquillement lorsqu’elle a été touchée par les balles des terroristes à bout portant au poumon, à l’abdomen, au bras, à la jambe et au rein. Elle a perdu beaucoup de sang avant d’être évacuée à la Clinique Notre Dame de la Paix où elle aurait a subi une opération lourde au niveau du poumon et du colon. Elle a rendu l’âme alors que sa famille s’activait pour évacuation en France.

Entre la vie et la mort depuis le vendredi 15 janvier, lors de l’attaque meurtrière des Djihadiste à Ouagadougou, la célèbre photographe marocaine Leila Alaoui a finalement succombé à ses blessures. Selon les témoignages de sa mère au journal Le360, celle qui est désormais la trentième victime de l’attaque de Ouagadougou était en train de dîner tranquillement lorsqu’elle a été touchée par les balles des terroristes à bout portant au poumon, à l’abdomen, au bras, à la jambe et au rein. Elle a perdu beaucoup de sang avant d’être évacuée à la Clinique Notre Dame de la Paix où elle aurait a subi une opération lourde au niveau du poumon et du colon. Elle a rendu l’âme alors que sa famille s’activait pour évacuation en France.

Leila Alaoui se trouvait à Ouagadougou pour réaliser des photographies pour le compte d’Amnesty international. Leila Alaoui est une artiste photographe de renommée internationale qui voyageait un peu partout dans le monde pour «immortaliser » ce qu’elle voyait avec une grande sensibilité, en témoigne ses nombreuses photographies sur les laissés pour compte de la société.

A travers ses œuvres, l’artiste s’est beaucoup intéressée aux migrations, des jeunes Marocains ou Africains qui franchissent la Méditerranée pour atteindre l’Europe, aux Syriens réfugiés au Liban pour échapper à la guerre civile qui déchire leur pays. Elle travaille avec de nombreuses ONG sur les questions de droits humains. La course de Leila s’est ainsi achevée ce vendredi noir à Ouagadougou alors qu’elle était âgée d’à peine 34 ans.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here