Leadership féminin: les capacités des « femmes journalistes » renforcées

630

Sur initiative du Centre national de presse Norbert Zongo, les femmes journalistes ont reçu une formation en leadership, ce mardi 25 septembre 2018 à Ouagadougou. L’idée est d’inciter ces femmes de médias à conquérir des postes de responsabilités au sein de leurs organes de presse et à travailler avec succès.

Elles sont une vingtaine de femmes journalistes issues de la presse écrite, presse en ligne, radio et télévision à bénéficier de ce renforcement de capacités en leadership, pour pouvoir s’affirmer sur le plan professionnel et mener à bien les tâches qui leur confiées au sein de leurs rédactions.

« Femmes journalistes et leadership », c’est autour de ce thème que le coach formateur, Aziz Bamogo a développé sa communication à l’attention des participantes. Selon sa définition, le leadership est le fait que dans un groupe, un membre amène les autres à atteindre un objectif partagé par le groupe.

Abdoulaye Diallo, coordonnateur du C-NPNZ

Il a décliné cinq facteurs du leadership que sont le fait, le groupe, le meneur, le fait d’agir et l’objectif partagé. A l’opposé, Aziz Bamogo fait savoir que le leadership n’est ni la direction, ni le commandement encore moins la manipulation.

Il a également fait cas des trois types de leadership que sont : le leadership charismatique, le leadership transactionnel et le leadership transformationnel. « Cette formation a permis de leur faire savoir qu’elles ont un double effort à faire si elles veulent être dans des espaces de leadership au niveau de leurs activités professionnelles. On a donné un certain nombre de clés qui peuvent les aider, des éléments techniques, des outils pratiques qu’elles peuvent mettre en application et développer leur leadership dans leur environnement professionnel », a confié le formateur.

Ces éléments clés au nombre de sept énumérés par les participantes elles-mêmes sont : le professionnalisme et le respect de la déontologie du métier de journaliste ; avoir l’audace de s’intéresser aux sujets majeurs, contraignants et difficiles ; la prise des initiatives et le fait de faire plus que ce qu’on demande ; se former et de se cultiver, être assertive et développer l’écoute ; cultiver l’intelligence émotionnelle dans les rapports avec les collègues, avoir une vision de développement pour son organe.

Les journalistes en pleine séance de travail

Pour Abdoulaye Diallo, coordonnateur du Centre national de presse Norbert Zongo, il y a un motif de satisfaction. « Cette formation fait suite à des recommandations que plusieurs femmes journalistes ont souhaité en 2014 », a-t-il dit. Et de poursuivre que C’est une activité qui fait partie du prix de la meilleure journaliste et l’idée c’est d’amener les femmes journalistes à être meilleures dans leurs rédactions pour pousser les médias burkinabè vers le haut.

Du côté des participantes, c’est une satisfaction d’ensemble. « Cette formation a été la bienvenue. Il y a eu des échanges, j’ai beaucoup appris sur le leadership féminin et comment une femme peut arriver à s’imposer dans son organe de presse pour occuper un poste de responsabilité. On saura s’imposer par notre travail », s’est réjouie Fati Sankara de Savane Médias.

A en croire Abdoulaye Diallo, quant au mécanisme de suivi post formation, c’est déjà souhaiter que toutes les participantes déposent leurs œuvres pour le prix de la meilleure journaliste. Celles-ci ont formulé le vœu de recevoir une autre formation en leadership managérial.

 

                                                                                                            Assétou Maiga

https://queenmafa.net/wp-content/uploads/2018/04/Bannie%CC%80re-QUEEN_1000x150px.jpg

Laissez votre commentaire ici !