Le ministère de la culture, de l’art et du tourisme était face à la presse ce mardi 22 janvier pour annoncer la tenue d’une soirée qui vise à récompenser les meilleurs acteurs évoluant dans le tourisme et qui se sont démarqués par des actions louables au cours de l’année 2018.

«Prix de l’entrepreneur touristique », c’est désormais l’astuce du ministère de la culture, des arts et du tourisme pour valoriser les acquis et reconnaitre le mérite des investisseurs du secteur touristique.  Ledit ministère a donc décidé de reconnaitre le mérite de ces derniers en initiant le prix de l’entrepreneur touristique qui sera décerné aux acteurs des trois catégories à savoir l’hôtellerie, la restauration et les voyages. Les entreprises éligibles sont celles qui  possèdent toutes les licences recommandées pour leur secteur d’activité.

La qualification du personnel, la créativité, la qualité des services conformément à la catégorie de l’entreprise, etc. sont entre autres quelques critères qui détermineront les lauréats. Selon le docteur SIMPORE, SG dudit ministère,  Trois prix seront décernés dans chaque catégorie soit un total de neuf. Chaque prix est composé d’un trophée et des lots en nature. Il sera également réalisé des publi-reportages sur toutes les entreprises primées. Ces publi-reportages seront diffusés lors de la soirée gala de remise des prix ». L’objectif de cette activité, a-t-il signifié est « d’améliorer la visibilité des entreprises touristiques et renforcer la qualité des prestations de service.

La soirée gala au cours de laquelle se tiendra cette cérémonie de distinction est prévue pour le 8 février 2019. En rappel, le tourisme est reconnu comme l’un des vecteurs du commerce international. En 2016, il représentait 12% du produit intérieur brut  mondiale et comptait à peu près 200 millions d’emplois selon l’Organisation Mondiale du Tourisme. C’est sans doute l’un des secteurs qui contribue à réduire la pauvreté. Dans les pays du tiers monde comme le Burkina Faso, le tourisme peut être une option de développement et l’une des sources d’épargne et de devise. Au plan sous régional, le Burkina Faso occupe une place assez modeste parmi les pays à vocation touristique.

«Les crises sécuritaires, sanitaires et économiques de ces dernières années sont venues compromettre les efforts déployés par les acteurs du secteur et mettre en péril des acquis engrangés au cours de plusieurs décennies de croissance. Cependant, loin de céder au découragement, des milliers d’entrepreneurs continuent d’investir des ressources importantes dans le secteur ; ce qui témoigne de leur foi en ce secteur », a laissé entendre le docteur Lassina SIMPORE, SG du ministère de la culture, des arts et du tourisme.

Laissez votre commentaire ici !